Accueil / En vrac / Portes et fenêtres fermées 

Portes et fenêtres fermées 

En vrac par Madjid Khelassi

 

Le ministre de la santé a évoqué une «décision» du président de la république d’interdire tout rassemblement, qu’il soit sportif, culturel ou politique, et ce pour cause du Coronavirus. Soulignant aussi que plusieurs ministres ont dû suspendre leur participation à des salons ou à des rencontres avec des étrangers .

On y est…le huis clos est décrété . Huis clos, dit le dictionnaire, signifie littéralement :«portes et fenêtres fermées» ! Dans le domaine judiciaire, les termes désignent un procès qui se déroule en l’absence de tout public.  Rassemblements sportif , culturel et politique , a dit le ministre de la santé .

Le foot est déjà dans le muet avec ses gradins vides , pour le culturel , c’est depuis longtemps le désert et pour le politique, c’est tout de suite mystère et boule de gomme.

Question : le Hirak est-il un rassemblement politique  ou un torrent qui abreuve les rues du pays chaque semaine ou bien est-il le  chahut hebdomadaire d’un peuple qui ne sait pas ce qu’il veut ?

Va-t-on interdire le Hirak «béni»( droits d’auteur Abdelmadjid Tebboune) ou va-t-on vers l’interdiction d’un Hirak honni par les services de sécurité ?

Le Coronavirus tombe à pic,( aala settach), presque commandé, pour faire sortir de l’impasse , un pouvoir dans ses petits souliers depuis l’avènement de la révolution pacifique, me dit mon voisin de palier.

Le Hirak sera-t-il concerné…questionne la presse.

Rassemblement politique aussi ,  a dit le ministre de la santé.

Exit le soprano des gosiers du Big Friday. Fini le mesfouf sur l’asphalte de la liberté . Au piquet , Les chants inspirés par 60 ans d’octaves censurées.

La messe du vendredi vire au bal masqué via une suspicion virale et contaminante. La comète du vendredi…qui réhabilita le peuple se fracasse sur la face cachée d’un virus sectaire.

Pendant 60 ans , le peuple trop fragile par trop de chagrins, avait tellement  mis de la distance entre lui et le système, qu’il en a oublié le mode d’emploi de sa vie.  Et puis un jour , un certain 22 février 2019, un mouvement torrentiel , pacifique , appelé révolution du sourire, vint sortir les populaces de leur torpeur, de leur résignation.

Février 2020, la révolution fête son premier anniversaire, et soudain, le sourire se fait rictus à cause de la nouvelle « gestion démocratique des foules » avec matraque et panier à salade. Puis se fait grimace…Les rassemblements de toute nature sont dorénavant interdits…pour préserver la santé du citoyen, semble nous dire le ministre de la santé.

L’histoire ne s’arrête pas , ne bégaie pas, elle fait des fois une pause…Un virus n’a jamais tué une idée…surtout si elle s’appelle « liberté ».

 

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi : d’une année à l’autre, les vulnérabilités persistent.

L’année 2024 sera une année charnière pour les réformes économiques tant le contexte économique national …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *