Accueil / International / Agression sioniste contre Ghaza : une offensive contre Rafah conduirait à “une catastrophe humanitaire”

Agression sioniste contre Ghaza : une offensive contre Rafah conduirait à “une catastrophe humanitaire”

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exprimé son inquiétude quant à une éventuelle opération militaire sioniste contre la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza, et souligné qu’une telle offensive conduirait à “une catastrophe humanitaire”. “Une invasion à grande échelle de Rafah conduirait à une catastrophe humanitaire. Nous appelons (l’entité sioniste) à ne pas procéder (à cette opération)”, a déclaré M. Tedros sur la plateforme X. Et d’ajouter : “Nous exhortons toutes les parties à œuvrer à l’instauration d’un cessez-le-feu et d’une paix durable” à Ghaza, en proie à une agression génocidaire sioniste depuis le 7 octobre 2023. Les déclarations de M. Tedros interviennent à la suite de celles de l’entité sioniste qui a réaffirmé, mardi, sa détermination à envahir Rafah, malgré de nombreuses mises en gardes internationales contre une telle opération.

Mardi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en garde contre une offensive terrestre des forces d’occupation sioniste contre Rafah. “Un assaut militaire contre Rafah constituerait une escalade intolérable, tuant des milliers de civils supplémentaires et forçant des centaines de milliers d’autres à fuir”, a-t-il affirmé à la presse, appelant l’entité sioniste à ne pas le faire.

Alors que les regards sont braqués, depuis quelques jours, sur l’issue des négociations entre l’entité sioniste et le Mouvement de la résistance palestinienne Hamas, le premier ministre sioniste, Benyamin Netanyahou n’arête pas de menacer d’envahir la ville de Rafah où s’entasse plus de 1 millions de Palestiniens.

Pour beaucoup d’observateurs, ce sont ce genre de déclarations qui sabotent tout accord de cessez-le-feu. A partir de là, comment concevoir la position de la résistance palestinienne autrement que le refus d’un marché, le moins que l’on puisse dire est un marché de dupes.

Tout ce que veulent les sionistes et les américains, et accessoirement les intermédiaires, c’est la libération des prisonniers israéliens contre une quelques jours de trêves. Il ne s’agit pas, donc, d’un cessez-le feu, mais d’un répit au seul profit de l’armée sioniste. Lui donner le temps de réorganiser ses rangs afin de reprendre son œuvre génocidaire de plus belle.

C’est dans ce sens que le secrétaire d’Etat américain a sommé Hamas d’accepter «l’offre généreuse» d’Israël.

Le mouvement a répondu aux américains qu’il ne saurait accepter un accord au profit d’une guerre génocidaire contre les civile. Pour Hamas, seul un accord global qui assure l’arrêt total de l’agression et assure le retour des Palestiniens au nord de Ghaza… est susceptible de recevoir l’accord de la résistance.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exprimé son inquiétude quant à une éventuelle opération militaire sioniste contre la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza, et souligné qu’une telle offensive conduirait à “une catastrophe humanitaire”. “Une invasion à grande échelle de Rafah conduirait à une catastrophe humanitaire. Nous appelons (l’entité sioniste) à ne pas procéder (à cette opération)”, a déclaré M. Tedros sur la plateforme X. Et d’ajouter : “Nous exhortons toutes les parties à œuvrer à l’instauration d’un cessez-le-feu et d’une paix durable” à Ghaza, en proie à une agression génocidaire sioniste depuis le 7 octobre 2023. Les déclarations de M. Tedros interviennent à la suite de celles de l’entité sioniste qui a réaffirmé, mardi, sa détermination à envahir Rafah, malgré de nombreuses mises en gardes internationales contre une telle opération. Mardi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en garde contre une offensive terrestre des forces d’occupation sioniste contre Rafah. “Un assaut militaire contre Rafah constituerait une escalade intolérable, tuant des milliers de civils supplémentaires et forçant des centaines de milliers d’autres à fuir”, a-t-il affirmé à la presse, appelant l’entité sioniste à ne pas le faire.

Pendant ce temps, l’enclave palestinienne continue de subir d’intense bombardement quotidien. Selon le ministère palestinien de la santé, le bilan de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza s’est alourdi à 34.568 martyrs et 77.765 blessés, depuis le 7 octobre dernier.

La guerre sioniste porte le seuil de pauvreté à 90%

Le bureau des médias à Ghaza a annoncé mercredi que la pauvreté s’élevait à plus de 90% dans la bande, conséquence de la guerre génocidaire sioniste en cours depuis le 7 octobre 2023. A l’occasion de la Journée internationale des travailleurs, qui correspond au 1er mai de chaque année, le bureau a déclaré, dans un communiqué, qu’à “la lumière de la désastreuse guerre, le taux de pauvreté a atteint plus de 90% à Ghaza”. Et de poursuivre : “En outre, 95% des institutions économiques de la bande de Ghaza ont complètement cessé de fonctionner à cause des bombardements et des destructions”.

Le Bureau a souligné que “les travailleurs de Ghaza vivent dans des conditions humanitaires sans précédent, avec un taux de chômage qui atteint 75%, contre 46% avant la guerre (…) et le siège se poursuit pour la 18ème année consécutive”. Il a ajouté que l’entité sioniste avait tué des milliers de travailleurs palestiniens pendant la guerre dans la bande de Ghaza, où vivent environ 2,3 millions de Palestiniens.

Selon la source, “plus de 200 000 personnes ont perdu leur emploi au cours des trois premiers mois de la guerre, dont près de 5 000 pêcheurs, alors que l’armée d’occupation impose un siège étouffant et empêche les pêcheurs d’exercer leurs activités en mer”.

Le Bureau a estimé “les pertes initiales directes de la guerre génocidaire contre la bande de Ghaza à 33 milliards de dollars”. Il a appelé les pays du monde entier et les organisations internationales à “mettre fin à la guerre génocidaire contre le peuple palestinien dans la bande de Ghaza et à soutenir la classe ouvrière”.

Synthèse : Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Crimes de guerre et crimes contre l’humanité : le procureur de la CPI réclame un mandat d’arrêt contre Netanyahu 

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a réclamer ce lundi un mandat d’arrêt …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *