Accueil / En vrac / “En vrac” par Madjid Khelassi : Chronique d’une déroute (non) programmée

“En vrac” par Madjid Khelassi : Chronique d’une déroute (non) programmée

L’Algérie, un petit tour et puis s’en va ! Annoncée comme un épouvantail dans cette édition camerounaise de la CAN, l’EN sombre corps et âme dans la chaleur africaine. 

Question : Belmadi aurait-il perdu la main sur son groupe ou s’est-il trompé de notice-mode d’emploi, en ralliant le Cameroun ?

L’étonnement, fut d’abord léger, face à la Sierra-Leone, durant lequel le match des verts ressembla à un Fort Alamo version foot, avec 19 tirs nourris sur la cage du gardien Sierra-léonais. 

Il fut ensuite inquiétant, face aux équato-guinéens, pour finalement s’avérer désolant avec une défaite que personne n’avait pronostiqué.

Et face à la Côte d’Ivoire, l’étonnement disparut dans l’éclair du 1er but des ivoiriens , et vira au calvaire, face à leur armada  . 

On la savait fatiguée, presque blasée, cette équipe d’Algérie avec ses « vedettes» invincibles depuis 35 rencontres. 

Et patatras…L’édifice construit en Égypte s’écroula comme un château de cartes. Chaleur, poussières, pelouse…Le génie se perdit en prétexte.

Choix tactique erronés?  Maintien inconditionnel et contre-productif  de joueurs en petite forme?  Parasitage du climat ambiant autour de l’EN? Ou tout simplement égarement de Belmadi, qui aura vu, ou fait, tout faux, dans cette CAN? 

Interrogé, sur la non utilisation de certains joueurs susceptibles d’apporter un plus à l’EN, Belmadi botte en touche, en répondant que « ces joueurs » à l’image de Amoura, étaient trop jeunes, pour ce genre de compétition et doivent grandir.  Mais Dieu du ciel , comment peut-on grandir si on ne joue pas. 

M’bappé n’avait pas 20 ans quand il emmena la France vers sa 2e étoile en coupe du monde. 

Quid de la FAF et de son amateurisme « professionnel » depuis le départ de Zetchi ? 

On ne passe pas  allègrement  d’un président de fédération, versé dans le foot depuis des lustres, à un autre, transfuge d’une boîte, commercialisant des cigarettes. 

La débandade des 19 joueurs-le soir de la défaite, à l’aéroport de Douala, où l’on vit Mahrez and co se faire trimbaler,devant  les guichets de la PAF camerounaise, comme de vulgaires clandestins- nous atterra.   

Nous sommes à moins de 2 mois d’une qualif pour la coupe du monde Qatar 2022, et la logique voudrait qu’on sévisse. A commencer par secouer la FAF et sa légion de planqués.  

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi : la bureaucratie et l’informel, un mariage consanguin : que peut faire le numérique ?

La bureaucratie n’est pas nécessairement un modèle mauvais, c’est tout le contraire, si l’on se …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *