Accueil / Economie / Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz : les enjeux du contexte géopolitique

Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz : les enjeux du contexte géopolitique

Des experts arabes en énergie ont affirmé que le 7e Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), prévu en Algérie du 29 février au 2 mars prochain, est d’une importance capitale dans le contexte géopolitique actuel, mettant en exergue, dans des déclarations à l’APS, le rôle primordial de l’Algérie en tant que fournisseur fiable de gaz naturel et en tant que fournisseur  leader sur le marché pétrolier mondial.

L’expert international et enseignant en ingénierie énergétique, le Dr Ramadhan Abu El Alae, a soutenu que “l’Algérie est devenue un acteur important de l’industrie gazière mondiale”, grâce à ses “approvisionnements importants et abondants”.

Il a souligné que l’accueil par l’Algérie du 7e Sommet confirme sa position de fournisseur leader sur les marchés mondiaux de l’énergie, saluant “le rôle actif du forum sur la scène énergétique, non moins important que celui de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de l’OPEP+, dans la détermination des prix et des quantités”.

Ce forum se veut également, selon lui, “un important espace de coordination et de dialogue autour du rôle du marché gazier particulièrement en cette conjoncture de crise”.

A son tour, l’expert en énergie et ancien ministre égyptien du Pétrole Oussama Karim, a mis en avant le rôle de ce Sommet dans la coordination entre les pays exportateurs de gaz, pour évaluer le marché “en termes d’offre et de demande et connaître la tendance en cours en cette conjoncture économique délicate marquée par des tensions géopolitiques ayant impacté la navigation en Mer rouge et en Méditerranée, et affecté les quantités de gaz transportées vers l’Europe”, afin de trouver des “solutions alternatives”.

“Ces défis sans précédant” sont à même, a-t-il souligné, de “recomposer la carte mondiale de l’énergie, dans laquelle les pays arabes pourraient jouer un rôle primordial”.

M. Karim a insisté sur “le rôle axial de l’Algérie, en tant que fournisseur du gaz naturel et en tant que partenaire énergétique de plusieurs pays européens, au regard de sa situation stratégique et de la compétitivité de ses prix, comparativement au reste des exportateurs de gaz”.

Pour sa part, l’expert en énergie et ex-vice-président de la Compagnie égyptienne de Pétrole, Medhat Youssef, a souligné le rôle du GECF dans la défense des intérêts des pays membres qui œuvrent à la préservation du gaz naturel considéré comme étant “meilleur carburant pour tous les usages”, en sus d’être un combustible propre, et à la mise en place de stratégies pour une “tarification appropriée” du gaz naturel par rapport aux autres types de carburant.

Il a, aussi, indiqué que “les événements que connaît le monde actuellement ont entrainé une augmentation de la demande sur le gaz naturel de différentes sources, et ont propulsé le forum au devant de la scène énergétique pour interagir avec les grands consommateurs, en tenant compte des problèmes logistiques qui entravent sa commercialisation”.

Selon cet expert, “l’Algérie est l’un des grands producteurs de gaz naturel dans le monde et l’une des principales sources d’approvisionnement des pays de l’Europe en gaz naturel par gazoduc, avec ses  réserves importantes de gaz naturel et ses capacités de liquéfaction et d’exportation de ce gaz par les ports”, soulignant que l’Europe considère l’Algérie comme “un partenaire essentiel” pour garantir ses besoins en gaz.

Pour une vision plus claire des équilibres du marché mondial du gaz

De son côté, l’expert et membre du Conseil mondial de l’énergie, Maher Aziz, a estimé que l’accueil par l’Algérie du sommet du GECF réaffirme “le rôle vital de l’Algérie sur le marché gazier”, soulignant que “le sommet est d’une importance capitale, notamment en termes de contribution à la régulation de ce marché, notamment”.

“L’on attend de ce sommet, la cristallisation d’une vision plus claire des objectifs du commerce mondial du gaz, avec un équilibre entre les zones de rareté et les zones d’abondance, ou les zones menacées par une pénurie d’approvisionnement et celles disposant d’approvisionnements sûrs”, a-t-il ajouté.

Le sommet devrait, également, mettre en place des “indicateurs clairs” pour les prix du gaz sur le marché pour la période à venir, de manière à assurer l’équilibre nécessaire entre ces prix et ceux du pétrole ou des autres sources d’énergie, a-t-il dit.

Abondant dans le même sens, l’experte du marché énergétique, Wafaa Ali, a soutenu que l’Algérie assume un “rôle de leader” dans l’industrie gazière mondiale, pour assurer l’approvisionnement en énergie en tant que “partenaire important de l’Europe”, soulignant l’importance de ce rôle dans le contexte international actuel marqué par des conflits dans plusieurs régions du monde.

L’Algérie tend en accueillant le 7e sommet du GECF, à trouver des solutions à la crise énergétique mondiale, sachant qu’elle abrite le siège de l’Institut de Recherche sur le Gaz (GRI) relevant du GECF, qui “contribue à l’organisation de l’opération d’exportation du gaz et au maintien de l’équilibre du marché international”, a expliqué le Dr. Ali.

“La position géographique stratégique de l’Algérie, fait de ce pays une source importante pour exporter le gaz vers l’Europe, notamment via le projet de gazoduc transsaharien qui relie le Nigeria à l’Algérie”, a-t-elle fait observer affirmant que le souci de garantir les approvisionnements en énergie, dans le contexte actuel de tensions sécuritaires, source d’inquiétude pour de nombreux pays, “fait de ce sommet un rendez-vous propice pour un dialogue constructif entre les pays membres, axé sur l’importance du rôle du gaz naturel à l’avenir”.

L’enseignant en ingénierie pétrolière et énergétique, le Dr Djamel El-Guelioubi, a affirmé que le GECF a son poids sur le marché énergétique mondial, soulignant que le sommet prévu en Algérie intervient “dans un contexte géopolitique particulier qui reflète la vision du forum et ses objectifs en matière de promotion du rôle du gaz naturel”.

Affirmant que les pays membres du Forum “ambitionnent d’augmenter l’exportation de gaz naturel et liquéfié, notamment pour les grands producteurs dont l’Algérie, la Russie, l’Iran, le Qatar et l’Egypte récemment”, il a indiqué que “l’Algérie a un poids sur le marché du gaz à travers les deux gazoducs d’exportation vers l’Italie et l’Espagne, ce qui l’habilite à répondre à une grande partie des besoins des pays européens au regard des tensions dans la région du détroit de Bab al-Mandeb”.

Le Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) réunit les principaux pays exportateurs de gaz. Ces derniers représentent ensemble 70 % des réserves mondiales de gaz prouvées, plus de 40 % de la production commercialisée, 47 % des exportations par gazoducs et plus de la moitié des exportations de gaz naturel liquéfié au niveau mondial.

R.N

A propos LA NATION

Voir Aussi

SAFEX : ouverture de la 18e édition du Salon international de la pharmacie en Algérie

La 18ème édition du Salon international de la pharmacie en Algérie (Siphal 2024) a été …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *