Accueil / International / Relations algéro-espagnoles : l’opposition espagnole à l’offensive contre Sanchez

Relations algéro-espagnoles : l’opposition espagnole à l’offensive contre Sanchez

La crise politique entre l’Algérie et l’Espagne s’est invitée au Congrès des députés espagnol. La commission des affaires étrangères de la chambre basse du parlement débattra le 30 mai d’une motion présentée par les députés du Parti populaire (droite), le principal parti d’opposition en Espagne.

Dans cette motion, le groupe du parti populaire a rappelé au gouvernement de Pedro Sanchez sa responsabilité directe dans le déclenchement de la crise, indiquant que les mesures prises par l’Algérie ont été la conséquence du changement de la position de l’Espagne sur la question du Sahara occidental.

Selon la motion, plus de 600 entreprises ayant des relations commerciales avec l’Algérie ont été affectées.

Entre juin et novembre 2022, les entreprises espagnoles ont perdu 733 millions d’euros d’exportations vers l’Algérie, soit une baisse de 82% par rapport au volume habituel des échanges.

Pendant cette période de six mois, elles n’ont exporté vers l’Algérie que pour 165,1 millions d’euros, contre 938 millions d’euros pendant la même période de 2021.

Alors que les exportations espagnoles vers l’Algérie avaient augmenté de 64 millions d’euros (+8,8%) en mai 2021, elles ont connu une chute spectaculaire (-82%) pendant le même mois de 2022.

Cette situation ne peut pas durer et l’opposition espagnole veut une solution qui, selon elle, passe par une action diplomatique envers le gouvernement algérien.

Les députés rappellent que si la réunion tenue début 2023 par une dizaine d’entrepreneurs avec le ministre de l’Industrie n’a rien donné, c’est à cause de l’absence de tout contact diplomatique avec les autorités algériennes.

Aussi, tout en réclamant l’activation de lignes de soutien aux entreprises affectées, les députés de l’opposition réclament du gouvernement espagnol « une action diplomatique intense pour reconstruire une bonne relation avec l’Algérie », dans le cadre du traité d’amitié et de bon voisinage de 2002.

Le 8 juin 2022, la présidence de la république algérienne a annoncé la «la suspension “immédiate” du Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération qu’elle a conclu le 8 octobre 2002 avec le Royaume d’Espagne». Cette décision est intervenue alors que le gouvernement espagnol a rompu d’une manière aussi inattendue que spectaculaire avec la neutralité de l’Espagne dans le dossier du Sahara occidental en décidant d’appuyer le plan d’autonomie marocain.

La présidence de la république avait précisé que “Les autorités espagnoles se sont engagées dans une campagne tendant à justifier la position qu’elles ont adoptée sur le Sahara Occidental en violation de leurs obligations juridique, morale et politique de puissance administrante du territoire qui pèsent sur le Royaume d’Espagne jusqu’à ce que la décolonisation du Sahara Occidental soit déclarée accomplie par les Nations Unies”.

Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

D’ici à la fin du mois de mai : l’Irlande va reconnaître un Etat palestinien

L’Irlande va « certainement » reconnaître un Etat palestinien avant la fin du mois de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *