Accueil / Conjoncture / Ouverture du procès en appel de Hamid Melzi

Ouverture du procès en appel de Hamid Melzi

Le procès en appel des jugements de première instance prononcés contre l’ex-Directeur de la résidence d’Etat du Sahel, Hamid Melzi et ses co-accusés, les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, a débuté dimanche à la Cour d’Alger.

Le Pôle économique et financier près le Tribunal de Sidi M’hamed avait condamné fin septembre dernier l’accusé principal “Hamid Melzi” à une peine de 5 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 8 millions de DA dans une affaire de corruption dans laquelle sont poursuivis d’autres responsables, dont les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal. L’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia a été condamné à une peine de 6 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de DA. Abdelmalek Sellal a, quant à lui, écopé d’une peine de 5 ans de prison ferme, assortie d’une amende d’un million de DA.

Les fils Melzi, Ahmed, Salim et Mouloud ont été condamnés à une peine de deux ans de prison ferme, assortie d’une amende de 8 millions de DA. Son quatrième fils Walid a écopé d’une peine d’un an de prison ferme, assortie d’une amende d’un million de DA. Les sociétés des fils Melzi doivent s’acquitter, in solidum, d’une amende de 32 millions de DA. Le principal accusé Hamid Melzi est condamné à verser au Trésor public une amende de 20 millions de DA à titre de dommages et intérêts avec le gel de tous ses comptes bancaires.

L’ex directeur d’Air Algérie Bekhouche Allache a été condamné à deux ans de prison, dont un an avec sursis et à une amende de 500.000 DA. L’ex DG d’Algérie télécom, Ahmed Choudar a été condamné à un an de prison ferme et à une amende d’un million de DA, tandis que l’ex-directeur de la résidence officiel “El Mithaq” a été condamné à un an de prison avec sursis et à une amende de 200.000 DA. Placé en détention provisoire depuis mai 2019, Hamid Melzi est poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation, notamment pour blanchiment d’argent, transfert de biens provenant de la criminalité, abus de fonctions pour l’acquisition d’indus privilèges, incitation d’agents publics à exploiter leur influence outre la conclusion de contrats en violation des dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

R. N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Fabrication d’ascenseurs en Algérie : les entreprises italiennes spécialisées sollicitées

Les investisseurs en matière de réalisation d’usines d’ascenseurs, y compris leurs pièces, moteurs et cartes …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *