Accueil / National / Education nationale : les écoles rouvriront dimanche prochain

Education nationale : les écoles rouvriront dimanche prochain

Photo by Louiza Ammi/ABACAPRESS.COM

Contrairement aux rumeurs qui ont circulé, ces derniers jours, sur l’extension de l’arrêt des cours,  encore, pendant un mois, l’inspecteur central au ministère de l’Education, Boualem Belaouar, a confirmé mardi sur les ondes de la Radio nationale, que le retour des élèves se fera dimanche 30 janvier.

Le premier ministre, lui-même a indiqué «que les mesures édictées par le président de la République concernant la suspension de l’enseignement au niveau de l’éducation nationale demeurent applicables jusqu’au samedi 29 janvier.» Une manière de dire que l’échéance de la reprise des cours n’a pas été modifiée.

Il reste qu’on n’est pas à l’abri d’une circonstance exceptionnelle, comme, par exemple, une évolution inattendue de la situation épidémiologique. Et c’est exactement ce qui s’est passé au cours de la saison 2019-2020 où le président de la République avait décidé d’écourter l’année scolaire.

C’est pourquoi l’inspecteur central a déclaré que «le ministère de l’Éducation a pris toutes les mesures en cas d’exceptions.»

Il ne s’agit pas seulement de sauver l’année scolaire, mais d’assurer un enseignement, un tant soit peu correct sur le plan pédagogique.

Pour les organisations syndicales, il est impossible de combler le temps perdu, même si le ministère décide d’annuler les vacances du printemps.

Avec ces arrêts à répétition, l’année scolaire se résumerait à un peu plus de deux mois de cours, sans plus. Boualem Belaouar assure, par ailleurs, que «la suspension des études pour une durée d’une semaine n’affecte pas complètement la mise en œuvre des programmes sans réduire leur taille horaire.»

Expliquant que l’arrêt des cours ne signifie pas des vacances, l’inspecteur central appelle «les élèves à suivre les cours présentés sur la chaîne du Savoir de la télévision publique ou le numérique terrestre de l’Office national de l’enseignement et de la formation à distance.»

Conclusion : l’équation est, pour le moins, compliquée. Difficile de concevoir donc, une année scolaire « normale » avec l’application complète des programmes, tout en gardant les vacances du printemps et sans reculer les dates des examens de fin d’année.

Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Corruption : marché suspect entre Mobilis et un consortium algéro-étranger

•             Trois individus placés en détention et quatre autres sous contrôle judiciaire Le juge d’instruction …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *