Accueil / National / Démographie : la population algérienne vieillit

Démographie : la population algérienne vieillit

Les derniers chiffres publiés par l’Office national des statistiques montrent clairement que la population algérienne a entamé un processus de vieillissement. Si la tendance se poursuit dans les années à venir, le poids des personnes âgées augmentera au détriment des catégories jeunes.

Alors qu’il dépassait de 3% par an dans les années 1980, le taux d’accroissement naturel de la population algérienne est tombé à 1,7% en 2020. Cette valeur est appelée à baisser davantage dans les années à venir, ce qui provoquera le ralentissement de la progression du nombre d’habitants.

Cette tendance commence à être perceptible dans la tranche d’âge des moins de cinq ans qui représente 4,66 millions d’âmes, soit 11,5% du total contre 11,7% en 2019. Ces variations paraissent pour l’instant insignifiantes mais avec le temps les écarts entre les générations se creuseront. En tout état de cause, la base de la pyramide des âges commence à rétrécir par rapport à ce qui était observé au début des années 2000 où l’on a enregistré un léger baby-boom avec la fin de la décennie 1990 qui a vu la démographie algérienne chuter brusquement. Ce cycle qui a été entamé dès la fin des années 1980 se poursuit jusqu’à nos jours en dépit de quelques petits rebonds.

«Globalement, l’année 2020 a été marquée par un recul des naissances vivantes sous le seuil d’un million de naissances pour la première fois depuis 2014, une augmentation “significative” des décès, et par la poursuite du recul des mariages depuis six ans», affirme l’Office national des statistiques (ONS). En 2020, il y a eu 992.000 naissances vivantes, 236.000 décès, soit un solde positif de 756.000 personnes. La tendance baissière enclenchée depuis 2017 s’est donc accélérée trois ans plus tard.

«A ce rythme de croissance, la population résidente totale atteindrait 45,4 millions au 1er janvier 2022, contre 44,6 millions au 1er janvier 2021 et 44,3 millions au 1er juillet 2020», annonce l’ONS. Autrement dit, l’évolution numérique des Algériens se fera lentement.

Le vieillissement de la population se traduit par la hausse de la masse des personnes âgées par rapport à celle des jeunes. Conséquence, il y aura plus de bouches à nourrir et de corps à soigner que de bras pour travailler. Les dépenses pour entretenir les séniors augmenteront et pèseront sur le budget de la Sécurité sociale et de la Caisse de retraite. Comme au Japon, en Italie et dans les pays qui connaissent un vieillissement de leur population, les générations actives financent l’entretien de celles qui sont sur le point de s’éteindre. 

En juillet 2020, l’Algérie comptait 26,4 millions d’individus en âge de travailler, soit 59,6% de la population globale, selon l’ONS. Ces cohortes qui se recrutent dans la tranche des 15 à 59 ans ont décru, passant de 60% en 2019 à 59,6% une année plus tard. L’effectif des 60 ans et plus a atteint, pour sa part, 4,32 millions de personnes, dont 2,94 âgées de 65 ans et plus, en 2020 soit 9,8% de la population globale en 2020 contre 9,5% en 2019.

Il faut comprendre par ces chiffres que si le chômage des jeunes se poursuit, dans quelques années, l’Algérie aura du mal à subvenir aux besoins de ses habitants vivants de retraites et de pensions puisque ce sont les contributions des actifs qui les couvrent. Si le processus du vieillissement s’accélère, il sera nécessaire de recourir à faire appel à l’immigration étrangère pour occuper des postes dont les Algériens n’en voudront pas.

Une issue qui est plus que probable. En effet, le nombre de mariages est en baisse, celui des divorces est en hausse et la fécondité des femmes a fortement chuté durant les trois dernières décennies. Jusqu’au milieu des années 1980, une Algérienne en âge de procréer mettait au monde de sept à huit enfants vivants en moyenne contre moins de trois aujourd’hui.  

Mohamed Badaoui

A propos LA NATION

Voir Aussi

Présidentielle du 7 septembre : Laagab appelle à la mobilisation pour assurer une couverture médiatique professionnelle

Le ministre de la Communication, Mohamed Laagab, a appelé, mardi à Alger, les médias à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *