Accueil / National / Algérie-Espagne : la visite de Manuel Albares reportée

Algérie-Espagne : la visite de Manuel Albares reportée

La visite que devait effectuer ce lundi le ministre espagnol des affaires étrangères, M. Jose Manuel Albares a été reporté à la dernière minute, a rapporté hier la presse espagnole.

C’est la presse ibérique qui annonce le report de ce déplacement, sans qu’aucune source officielle de part et d’autre de la Méditerranée ne se prononce.

Des sources bien informées ont, cependant, indiqué que la visite était en préparation jusqu’au début de soirée de dimanche. L’Espagne était même venue spécialement de Madrid pour préparer la visite.

Notre source a ajouté que c’est précisément parce que cette préparation était toujours en cours que le ministère algérien des affaires étrangères s’est abstenu d’annoncer officiellement la visite.

Quelques heures avant le rendez-vous, la diplomatie espagnole a indiqué que la visite a été reportée pour des « raisons de calendrier » côté algérien, sans fournir d’autres détails.

Le journal El Confidencial a rapporté que c’est Albares qui a décidé de reporter son déplacement à Alger après avoir su qu’il ne sera pas reçu par le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

De son côté, El Mundo estime que le report du voyage constitue « sans aucun doute un revers pour la diplomatie espagnole » puisque la visite, annoncée jeudi 8 février, devait sceller « la normalisation totale des relations après leur rupture il y a plus de deux ans ».

Le journal rappelle que des sources diplomatiques espagnoles ont qualifié cette visite de « succès diplomatique » qui met fin à « la plus grande crise diplomatique à laquelle Pedro Sánchez était confronté ».

Aucune nouvelle date n’a été avancée par nos sources d’un échange de visite officielle entre les deux pays. Mais rien, non plus, n’indique que le processus de dégel dans les relations s’est arrêté. Il s’agit peut-être d’une pose. 

La brouille dans la relation entre les deux partenaires a duré près de deux ans durant lesquels les canaux diplomatiques ont été coupés.

Outre le rappel de son ambassadeur, l’Algérie a procédé en juin de la même année à la suspension du traité d’amitié et de bon voisinage avec l’Espagne, suivie du gel des échanges commerciaux entre les deux pays, hormis les exportations d’hydrocarbures.

Après que le gouvernement espagnol est revenu à des meilleurs sentiments concernant le dossier du Sahara occidental, l’ambassadeur d’Algérie n’a pas tardé à retrouver son bureau à Madrid.

Les affaires commerciales entre les deux pays ont retrouvé leur cours normal.

L’Algérie a autorisé en janvier dernier l’importation de produits avicoles d’Espagne, puis en février celle des viandes rouges.

Abir Najri

A propos LA NATION

Voir Aussi

Exportations de GNL : l’Algérie a consolidé ses parts sur le marché européen en 2023

La majeure partie de l’offre supplémentaire de l’Algérie en 2023 s’est dirigée vers la région …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *