Accueil / International / A la surprise générale : le Hamas déclenche une guerre-éclair contre Israël

A la surprise générale : le Hamas déclenche une guerre-éclair contre Israël

Le Hamas palestinien a choisi le lendemain du 50e anniversaire de la dernière guerre israélo-arabe pour déclencher le «déluge d’Al-Aqsa» contre le régime sioniste en l’inondant d’une pluie de missiles et en opérant des incursions sur son territoire.

Pour la première fois depuis le 6 octobre 1973, Israël a subi hier matin une opération militaire d’envergure menée par uniquement les combattants des Brigades Azzedine al-Qassam, branche armée du Hamas. L’attaque surprise a pris au dépourvu Tsahal et ses services de renseignements qui avait jusqu’à hier, créant une panique sans précédent au cœur de stupeur Tel-Aviv et la stupeur dans le monde entier.

Mené par terre, mer et ciel, le «déluge d’Al-Aqsa» n’est pas une simple opération de guérilla, mais l’épisode d’une véritable guerre, même si les moyens mis en œuvre par les deux camps sont extrêmement disproportionnés. Le courage et la détermination des militants palestiniens ont, toutefois, compensé leur faiblesse logistique et fait la différence avec une des armées les mieux équipées au monde. «Nous avons décidé de mettre un terme à tous les crimes de l’occupation» avait déclaré hier Mohammad Deif, commandant des Brigades Ezzedine al-Qassam, dans un enregistrement audio diffusé par la télévision du Hamas.

Au même moment, Benyamin Netanyahou, ses ministres et son armée étaient totalement tétanisés par l’ampleur de l’offensive qui a fait des dizaines de morts israéliens en plus de plusieurs prisonniers.

Comme à son habitude, Netanyahou a promis l’enfer aux habitants de l’enclave et, joignant le geste à la parole, il a ordonné à son aviation d’aller les bombarder sans discernement. En quelques heures, ces raids ont fait 200 morts et plus de 1600 blessés à Ghaza, mais le bilan est appelé à augmenter dans les heures et jours à venir. Netanyahou a, en effet, déclaré : «nous sommes en guerre» et menacé les Palestiniens de pires représailles.

Sur le plan diplomatique, les Américains et les Européens qui considèrent le Hamas comme une organisation terroriste se sont rangés du côté israélien. Même Volodymyr Zelensky, le président de l’Ukraine, clame qu’Israël a le droit «indiscutable» de se défendre.

Les pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël sont, pour leur part, dans l’embarras, en particulier l’Arabie saoudite dont on dit imminent l’établissement de rapports cordiaux avec Tel-Aviv.

Fidèle à sa position intransigeante sur la question palestinienne, l’Iran a de son côté soutenu l’action du Hamas. Celle-ci a également trouvé un écho favorable chez le Hezbollah libanais, l’autre bête noire d’Israël.

Mahmoud Abbas a, quant à lui, convoqué une réunion d’urgence des dirigeants palestiniens avec un certain nombre de responsables civils et de sécurité. Le président de l’Autorité palestinienne a souligné «la nécessité d’assurer la protection pour notre peuple et son droit à se défendre contre le terrorisme des colons et des forces d’occupation». Il a ordonné que toutes les mesures soient prises afin de renforcer la résilience du peuple palestinien face aux crimes commis par l’occupation sioniste et les milices de colons.

Dans le continent sud-américain, le Brésil qui assure actuellement la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU, a annoncé qu’il convoquerait «une réunion d’urgence de l’organisation» pour aborder la situation. Il a néanmoins condamné «la série de tirs et d’attaques perpétrés aujourd’hui en Israël à partir de la bande de Gaza».

Enfin, le secrétaire général de l’ONU António Guterres a appelé à «éviter un élargissement de la conflagration» entre Israël et le Hamas.

L’audacieuse guerre-éclair lancée par le Hamas contre Israël n’est qu’à son début mais elle risque d’avoir des retombées qu’on ne pas mesurer pour l’instant. Il est sûr, cependant, qu’elle constitue un tournant majeur dans ce conflit qui dure depuis 1948.

Ali Younsi-Massi

A propos LA NATION

Voir Aussi

Agression sioniste contre Ghaza : conditions humanitaires plus que “catastrophiques”

L’agression sioniste contre la bande Ghaza entre dans son septième mois. Le bilan de l’agression …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *