Accueil / En vrac / Un recensement général, coûteux et difficile : il faut qu’il serve à quelque chose très rapidement.

Un recensement général, coûteux et difficile : il faut qu’il serve à quelque chose très rapidement.

Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat est un évènement important pour une nation. Il est important pour son exhaustivité. C’est ce recensement qui va permettre de construire un tableau de bord pour les décideurs pour l’élaboration des nouvelles politiques publiques. Connaitre la société et l’économie dans ses moindres détails pour évaluer ses besoins socioéconomiques.
Les données du recensement doivent être très rapidement traitées pour tirer les principaux résultats et les mettre à la disposition des décideurs. A quoi sert un recensement de cette ampleur, très coûteux et très attendu si les résultats
ne sont pas tirés rapidement. Le mauvais souvenir du recensement économique de 2012 dont les résultats définitifs ne sont pas publiés à ce jour (peut-être même que le traitement des données brutes n’a pas été fait).

Les décideurs publics ont besoin de connaitre l’état de la société et de l’économie pour définir de nouvelles trajectoires, soit correctrices des déviations constatées, soit évolutives pour l’avenir du pays. Les opérateurs economiques aussi ont besoin des données collectées et des résultats traités pour évaluer les besoins du marché, les localisations des populations et des activités économiques, les offres de facteurs de production ; les chercheurs aussi ont besoin des données pour évaluer des phénomènes, analyser des situations et faire des projections sur l’avenir. Tout compte fait tout le monde a besoin des données du recensement y compris le citoyen lambda pour se faire une idée de sa société et de son économie et ainsi pouvoir contribuer ou participer à la construction des politiques publiques et/ou à leur évaluation. Soyons mobilisés pour réussir ce recensement national et ainsi faire face au manque
d’informations économiques depuis plus d’une décennie. Mais attention les données d’un recensement sont valables à l’instant de leurs collectes, il faut prévoir d’autres instruments pour les mettre à jour au moins annuellement, en
attendant le prochain RGPH dans 10 ans. Grâce à la numérisation et la constitution des bases de données, peut-être, on aura plus besoin de faire un RGPH, coûteux et lourd à conduire.

Anouar El Andaloussi

A propos LA NATION

Voir Aussi

Industrie pharmaceutique : le volumes des exportations de médicaments en 2024 attendu en forte hausse

Les exportations de médicaments devraient atteindre 80 millions de dollars à la fin de l’année …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *