Accueil / Economie / Secteur minier : l’Algérie au cœur de la ruée vers «les terres rares»

Secteur minier : l’Algérie au cœur de la ruée vers «les terres rares»

Parmi les points contenus dans la déclaration d’Alger signée à l’issue de la visite du président français en Algérie, des «efforts porteront en priorité sur les secteurs d’avenir : le numérique, les énergies renouvelables, les métaux rares, la santé, l’agriculture et le tourisme.»

Alors que certains médias ont focalisé leurs commentaires sur la question énergétique et les quantités de gaz que l’Algérie s’apprêtait à livrer à la France, d’autres ont largement évoqué ce que le secteur minier en Algérie représente pour l’avenir de l’industrie en France.

Vue de cet angle, le séjour algérois d’Emmanuel Macron mérite le qualificatif de «la visite des terres rares»

Selon le quotidien français L’Opinion, la France et l’Europe devront importer à l’horizon 2030 entre 70 et 80% de leurs besoins en « métaux de la transition », c’est-à-dire le nickel, le cobalt, le lithium, l’aluminium, le manganèse, le cuivre et les terres rares, dont ne peuvent se passer les industries de pointe dans l’aéronautique, l’automobile, la défense, les télécommunications et les industries spatiales.

Il se trouve qu’après un nombre limité de pays, l’Algérie se placerait comme un pays incontournable dans l’approvisionnement des industries les plus complexes et surtout les industries de demain.

La Chine ou la Russie, classées en tête des réserves mondiales, ont carrément fermé la porte à l’exportation de ces métaux vers le vieux continent.

D’après des estimations reliés par la presse, l’Algérie disposerait de plus de 20% des réserves mondiales des terres rares, voire même beaucoup plus pour certains autres minerais.

Selon les experts, «Les métaux rares font partie des « ressources critiques », c’est-à-dire essentielles pour le bon fonctionnement des industries d’un pays et qui présentent un risque de pénurie, car s’ils venaient à manquer, des secteurs aussi stratégiques que l’électronique grand public, la téléphonie, les véhicules électriques, le traitement des carburants, l’éolien pourraient être freinés dans leur développement.»

La famille des métaux rares correspond aux groupes des lanthanides (terres rares = 15 éléments chimiques du tableau périodique) plus Thallium, Niobium, Etain, tungstène, lithium, Béryllium, Rubidium, Zirconium, Césium.

Pour l’Europe, l’échéance se situerait dans les dix prochaines années. Autrement dit : si l’industrie européenne ne trouve pas une alternative à ces provisionnements, elle risquerait de connaître un triste déclin. En France, la sonnette d’alarme a été tirée en janvier dernier par l’industriel Philippe Varin qui a préconisé dans un rapport au président Macron des mesures pour sécuriser l’approvisionnement de l’industrie française en matières premières minérales.

La chine a eu une production stable durant 6 ans depuis 2011 à 2017, la production était au voisinage 10 milliers de tonnes puis à augmenter durant 2018-2020 et elle a dépassée 120 milliers de tonnes; cette augmentation de production est liée au développement technologique et la transition énergétique, le point le plus important c’est que la chine non seulement elle produit les terres rares mais elle est parvenue à maîtriser la plupart des Technologies ce qui lui confère un véritable outil de puissance.

L’Algérie va se retrouver au cœur de la plus furieuse «course au trésor» que l’humanité n’a jamais imaginé à côté de la guerre de l’eau. En dehors de ce que pourrait générer le secteur minier sur le plan économique, le grand enjeu va se situer, en premier lieu, sur le plan géo-stratégique.

Hamma Sadek

A propos LA NATION

Voir Aussi

Complexe Sider El Hadjar d’Annaba : reprise de la production dans la zone endommagée

L’activité de production dans la zone endommagée par la panne survenue au complexe sidérurgique d’El …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *