Accueil / National / Rentrée scolaire 2023/2024 : 11 millions d’élèves rejoindront en septembre les bancs des écoles

Rentrée scolaire 2023/2024 : 11 millions d’élèves rejoindront en septembre les bancs des écoles

Plus de 11 millions d’élèves sont attendus lors de la prochaine rentrée scolaire 20023/2024. C’est le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, qui a annoncé ce chiffre, hier, dans des déclarations à la presse en marge de sa visite d’inspection dans la wilaya de Tiaret. « Le nombre d’élèves dépassait les 11 millions d’élèves lors de la nouvelle rentrée scolaire », a-t-il dit. Concernant la date de la rentrée scolaire le ministre n’en a avancé aucune se contentant de dire qu’ «elle sera arrêtée dans les prochains jours ». Il y a lieu de souligner que le personnel administratif a repris le travail, hier, en attendant le retour des enseignants prévu pour le 03 septembre.

Evoquant l’examen d’évaluation des acquis des élèves du cycle primaire entré en vigueur cette année, le ministre a indiqué que celui-ci, même s’il a réalisé « beaucoup de résultats positifs » , sera  tout de même « revu »  et sa durée sera réduite en fonction des « résultats de l’évaluation de l’examen  au niveau local, régional et national ». « Cet examen a été évalué aux niveaux local et national et de nombreuses observations positives et négatives ont été faites. Aussi, à partir de la rentrée scolaire 2023/2024, le ministère va procéder à un traitement pédagogique de toutes les matières afin d’éliminer les lacunes subies par les élèves », a-t-il expliqué. Le ministre a également évoqué la question de la révision de l’examen du BEM.

Concernant les enseignants d’éducation physique et sportive dans le cycle primaire, M. Belabed a annoncé qu’ils seront affectés dans les écoles primaires à partir d’aujourd’hui. « Chaque école primaire disposera de sa propre structure sportive et sera encadrée par les enseignants d’éducation physiquement », a-t-il indiqué, avant d’ajouter : « Cette mesure va soulager les enseignants de langue arabe dans le cycle primaire. « La programme d’éducation physique a été adapté, avec la planification des spécialistes du domaine ».

Il y a quelques jours, le ministre de l’Education a annoncé que les enseignants de la langue anglaise et de l’éducation physique dans le cycle primaire auront leur affectation le 31 août et bénéficieront d’une formation qui s’étalera du 3 au 14 septembre prochain. 

Autres annonces faites par M.Belabed : l’inclusion dans les programmes scolaires de la sécurité routière, dans le but de sensibiliser les élèves et de contribuer à la stratégie de réduction des accidents.

A entendre le ministre de l’Education nationale, son département a lancé les préparatifs de cet important évènement depuis longtemps pour s’épargner toutes mauvaises surprises. Même le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locale a mis son grain de sel en rendant les walis destinataires d’une instruction leur enjoignant de « régler toutes les questions d’ordre organisationnel afin d’assurer une rentrée scolaire réussie et sûre au niveau des écoles primaires en prévision de la prochaine rentrée scolaire 2023-2024, et ce en coordination avec toutes les parties prenantes au niveau local », a indiqué mardi 22 août un communiqué du ministère. Dans cette instruction, un accent a été particulièrement mis sur « la nécessité de réceptionner, avant la rentrée scolaire, toutes les structures programmées afin de desserrer la pression que pourraient connaître certaines régions. Il s’agira, dans ce cadre, de s’assurer de leur préparation et de la disponibilité des besoins essentiels, de finaliser les travaux de maintenance et d’assurer le chauffage des écoles de manière régulière, permanente et sûre, notamment dans les régions montagneuses et rurales, tout en assurant le gardiennage et la sécurisation des abords des écoles primaires ». Autrement dit, tous les démembrements de l’Etat se sont mobilisés pour faire de la prochaine rentrée des classes une belle réussite. Qu’en pensent les syndicats de cette rentrée ? « Tout est dit dans le communiqué du ministère de l’Intérieur qui rejoint les revendications du Satef. Néanmoins, ce n’est pas un problème d’annonces ou de communiqués, mais d’application », a soutenu Boualem Amoura, secrétaire général du Satef, dans une déclaration faite au site TSA, en dénonçant au passage les responsables locaux qui, selon lui, « n’assument pas leur part de responsabilité dans la mise en place des moyens nécessaires à la disposition des écoles ».

Ali Ouchikh

A propos LA NATION

Voir Aussi

Complexe Sider El Hadjar d’Annaba : reprise de la production dans la zone endommagée

L’activité de production dans la zone endommagée par la panne survenue au complexe sidérurgique d’El …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *