Accueil / National / Ligue arabe : le sommet d’Alger se tiendra sans la Syrie

Ligue arabe : le sommet d’Alger se tiendra sans la Syrie

A deux mois du sommet de la ligue arabe d’Alger, prévu les 1er et 2 novembre prochain, la participation de la Syrie a été tranchée.

La rencontre panarabe d’Alger ne verra pas la question du retour de la Syrie ainsi que sa participation inscrites à l’ordre du jour. Il s’agit d’une décision du gouvernement syrien, lui-même.

Selon un communiqué du ministère algérien des affaires étrangères, c’est lors d’un entretien téléphonique que le ministre syrien des affaires étrangères, Faisal Mekdad, a signifié à son homologue algérien, Ramtane Lamamra, la décision de son pays.

 « Parmi les questions abordées à cette occasion figure la relation entre la République arabe syrienne et la Ligue des États arabes, au sujet de laquelle le chef de la diplomatie syrienne a indiqué que son pays préfère que la question de la reprise de son siège au sein de la Ligue des États arabes lors du Sommet d’Alger ne soit pas soulevée », a indiqué un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangère.

La décision syrienne a été prise « par souci de contribuer à la consolidation de l’unité des rangs arabes face aux défis imposés par les développements actuels au double plan régional et international », ajoute la même source.

« Les deux parties ont également exprimé leur aspiration à voir le Sommet couronné de résultats constructifs qui contribueraient à assainir le climat politique et à renforcer les relations interarabes en vue de faire avancer l’action arabe commune », indique encore le MAE.

Tout en saluant la position développée par la Syrie, l’Algérie, assure le département de Ramtane Lamamra dans un communiqué, « entend poursuivre ses efforts en prévision du prochain sommet arabe en vue de promouvoir des résultats qui permettraient de consacrer cette orientation et de la mettre en œuvre de manière consensuelle, à travers la mise en place du mécanisme approprié et l’adoption de la méthode de travail nécessaire à cet effet.»

Le 11 novembre 2011, la ligue arabe, réunie au Caire a décidé l’exclusion de la Syrie de l’organisation. Une position largement influencée par les pays du Golf et cautionnée par la majorité des pays arabes. Le ministre émirati des affaires étrangères de l’époque avait, même, demandé l’application des sanctions contre le gouvernement de Damas.

Yussef Al-Ahmad, représentant de la Syrie auprès de la Ligue arabe, a qualifié la décision d'”illégale” et estime qu’elle “met fin à l’action arabe commune et prouve que l’administration (de la Ligue) suit un programme édicté par les Américains et les Occidentaux”. Tout en assurant que le régime syrien “mettait en œuvre tous les points” du plan arabe de sortie de crise, le diplomate a accusé la Ligue arabe de “tenter de provoquer une intervention étrangère en Syrie, comme ce fut le cas en Libye”.

Faut-il rappeler que l’Algérie reste parmi les rares pays arabes à garder son indépendance vis –à vis des crises qui secouent les pays arabes, surtout la crise syrienne qui dure depuis 2011, et ce malgré des pressions de toutes parts.

Abir N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Complexe Sider El Hadjar d’Annaba : reprise de la production dans la zone endommagée

L’activité de production dans la zone endommagée par la panne survenue au complexe sidérurgique d’El …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *