Accueil / International / Covid-19 : en Chine, la vaccination a déjà commencé

Covid-19 : en Chine, la vaccination a déjà commencé

Des centaines de milliers de Chinois se sont déjà vues administrer un vaccin même si les tests cliniques ne sont pas terminés.

« J’étais un peu nerveuse à l’idée de servir de cobaye mais j’ai été rassurée quand j’ai vu tous ces gens faire la queue pour être vacciné ». Mei, 23 ans, s’est envolée la semaine dernière pour Londres, où elle va suivre des études de communication. Mais avant de quitter la Chine, l’étudiante a été vaccinée contre la Covid-19 dans un hôpital de Wuhan. Comme elle, des centaines de milliers de Chinois se sont déjà vues administrer un vaccin même si les tests cliniques ne sont pas terminés et qu’aucun vaccin n’a encore reçu d’approbation pour un lancement commercial.

Dans la perspective de son départ au Royaume-Uni, Mei*avait rempli un formulaire envoyé par le groupe pharmaceutique chinois Sinopharm, lui proposant de se rendre à Pékin ou Wuhan avec la copie de son visa étudiant et de son admission universitaire pour se faire vacciner. « Comme mon vol était proche, j’ai reçu les deux doses de vaccin le même jour, signé une lettre de consentement et me suis engagé à prévenir le laboratoire en cas d’effets secondaires », explique-t-elle.

Quatre vaccins en essais avancés

Depuis l’été, des étudiants, des travailleurs ou des diplomates chinois partant à l’étranger, mais aussi des employés essentiels ou particulièrement exposés au risque de contamination dans les hôpitaux, les ports, les compagnies aériennes, ainsi que des milliers de militaires de l’Armée de libération populaire ont été vaccinés contre le nouveau coronavirus. Plusieurs villes de l’est de la Chine, comme Jiaxing ou Yiwu, ont récemment annoncé qu’un vaccin était mis à la disposition d’habitants ayant des « besoins urgents », comme le « personnel médical » ou « ceux se rendant dans des pays à haut risque ». A Jiaxing, le vaccin proposé est celui de la firme Sinovac Biotech, inoculé en deux doses (avec « un intervalle recommandé de 28 jours ») pour un prix total de 400 yuans (50 euros).

Pas d’effet indésirable

Actuellement, treize vaccins chinois font l’objet d’essais cliniques, dont quatre actuellement en essais avancés de phase 3. Les autorités chinoises n’ont pas indiqué combien de Chinois avaient été vaccinés lors de cette « campagne d’urgence ». Elles ont en revanche indiqué que 60.000 personnes avaient reçu l’un des quatre vaccins expérimentaux dans le cadre des essais cliniques de phase 3. L’épidémie étant maîtrisée en chine, ces receveurs sont situés dans une dizaine de pays étrangers (Brésil, Argentine, Egypte…). « Aucun effet indésirable grave n’a été signalé », a assuré un haut responsable chinois, hormis des effets secondaires mineurs comme une petite fièvre temporaire ou une légère ecchymose au point d’injection.

Cherchant à faire la course en tête, la Chine a injecté des milliards de dollars dans la recherche de vaccins et mobilisé son armée. Cette utilisation « d’urgence » anticipe un déploiement plus large attendu par Pékin avant la fin de l’année. La Chine affirme être en mesure de produire 610 millions de doses d’ici à la fin de l’année, et l’entreprise Sinopharm vise, à elle seule, une capacité d’un milliard de doses en 2021.

Reuters

A propos LA NATION

Voir Aussi

Elections législatives en France : le Rassemblement national arrive en tête du premier tour avec prés de 34% des voix

Le Rassemblement national arrive en tête du premier tour des élections législatives ce dimanche 30 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *