Accueil / Economie / Tebboune lors du Conseil des ministres : révolutionner l’industrie et l’agriculture, un impératif

Tebboune lors du Conseil des ministres : révolutionner l’industrie et l’agriculture, un impératif

 L’industrie, l’agriculture et le commerce, trois secteurs clefs sur lesquels l’économie algérienne devrait s’appuyer dans l’avenir. Il s’agit là d’un choix stratégique dans un contexte de récession mondiale suite à la pandémie du coronavirus. Industrie, agriculture et services pourraient offrir à l’Algérie, à moyen terme une sortie honorable vers l’après-pétrole.
Le mot d’ordre a été lancé, dimanche, solennellement par le président de la République lors d’un Conseil des ministres.
Faut-il souligner que l’Algérie a connu une longue période de désindustrialisation et de désinvestissement dans le secteur de l’industrie, à tel enseigne que le secteur ne représente aujourd’hui que moins de 6 % du PIB.

En finir avec les pratiques immorales connues

Intervenant à l’issue de l’exposé présenté par le ministre de l’Industrie et des Mines sur les phases de parachèvement du plan de relance de l’industrie nationale durant et après la crise du Coronavirus, le Président Tebboune a mis l’accent sur l’impératif de révolutionner le secteur industriel afin d'”en finir avec les pratiques immorales connues”, rappelant que “l’objectif de la relance économique est de réduire la facture des importations et de répondre aux besoins du marché national”, indique le communiqué du Conseil des ministres.
Le Président Tebboune a instruit le ministre de l’Industrie d’élaborer un projet de loi cadre d’orientation industrielle, insistant sur le recensement des richesses minières nationales en collaboration avec des compétences nationales et étrangères.
Dans le même ordre d’idées, il a signalé “l’urgence d’assainir le foncier industriel à travers la création d’agences appropriées pour la gestion du foncier dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture et de l’urbanisme”.
Par ailleurs, il a ordonné l’interdiction de toute importation de véhicules polluants.
Dans ce sens, le Président Tebboune a enjoint au ministre de l’Industrie d’élaborer “un programme urgent à exécution immédiate pour la poursuite de la production et l’adaptation aux lois antérieures en attendant la promulgation de nouvelles”.
De même qu’il a instruit le ministre de l’Industrie et des Mines et celui de l’Intérieur et des Collectivités locales d’accorder “davantage d’intérêt aux zones d’activités communales afin d’encourager la création d’emplois”.
D’autre part, le président Tebboune a chargé le ministre de l’Industrie et celui du Commerce d’élaborer, en coordination avec la Chambre algérienne du Commerce et de l’Industrie (CACI) et les chambres régionales sous l’égide du Premier ministre, d’”une étude urgente sur la situation des artisans et petits commerçants impactés par la pandémie Covid-19 avec proposition de mécanismes d’aide”.

 Booster l’industrie pharmaceutique

 Le Conseil des ministres a examiné et approuvé l’exposé présenté par le ministre délégué auprès du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, chargé de l’Industrie pharmaceutique, sur la situation de la production pharmaceutique et le plan proposé aux fins de son développement afin de contribuer à la diversification économique et de s’orienter vers l’exportation.
Le plan d’action a pour objectif de “booster l’industrie pharmaceutique afin de générer de la richesse, garantir les médicaments à tous les citoyens et citoyennes.
La production nationale de médicaments couvre 51% des besoins du marché estimés à quelque quatre (04) milliards de dollars et près de 2 200 produits pharmaceutiques sont fabriqués localement”, précise le communiqué.
Dans son intervention, le président de la République a rappelé que l’objectif de la création d’un ministère chargé de l’Industrie pharmaceutique est de couvrir, autant que possible, les besoins nationaux en médicaments et de s’orienter vers l’exportation, notamment en direction du marché africain, appelant à ouvrir la voie au partenariat pour la production des médicaments avec certains pays pionniers en la matière.
Aussi, a-t-il ordonné le soutien de l’entreprise publique Saïdal pour qu’elle retrouve sa place dans la production pharmaceutique de manière à réduire la facture des importations. A cet effet, il a chargé le ministre de la Communication de faire connaître les efforts consentis dans le domaine de la production des médicaments et du matériel médical en Algérie.

 Libérer les potentialités agricoles et industrielles

 Sur un autre registre, les ministres concernés ont été instruit, sous la supervision du Premier ministre, de procéder à travers les walis à “un recensement détaillé” des agriculteurs en attente d’un raccordement au réseau électrique ainsi que des usines clé en main qui attendent ce raccordement depuis plus d’une année, dans l’objectif de libérer les potentialités agricoles et industrielles.
A ce propos, il a ordonné que le raccordement soit effectué avant fin juin, affirmant que l’intérêt accordé à ces dossiers n’est pas moins important que celui réservé aux zones d’ombre.
Le Conseil des ministres a décidé de reporter au prochain Conseil la présentation des exposés du ministère de la Micro entreprise, des startups et de l’économie de la connaissance et des ministères délégués placés sous sa tutelle, outre le ministère de l’Agriculture et du Développement rural”.

 Synthèse : Aziz Taibi

DIRECT (Coronavirus) : suivez l’essentiel de l’information nationale et internationale en temps réel :ici

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi : la prédation financière

Dans une précédente chronique, nous avions parlé de l’évolution du capitalisme sur les deux derniers …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *