Accueil / Economie / Les négociations sur les prix du gaz patinent : Sonatrach pourrait couper les vannes à l’Espagne

Les négociations sur les prix du gaz patinent : Sonatrach pourrait couper les vannes à l’Espagne

La question d’approvisionnement en Gaz algérien ne manque pas de donner, chaque jour davantage, de la sueur froide à l’opinion publique espagnole. Et la presse ibérique reflète une vague de pessimisme quant à l’avenir des relations énergétiques des deux pays, alors que les français disent avoir engagé des négociations pour doubler la quantité livrée par l’Algérie.

Selon le journal El Confidencial, le contrat gazier entre Sonatrach et Naturgy, la société qui gère la majeure partie des approvisionnements en Espagne, est «au point mort».

Naturgy doit maintenant préciser si elle accepte ou non les nouvelles conditions de la partie algérienne, indique le journal, citant des sources algériennes de haut niveau, qui n’excluent pas de couper les approvisionnements en cas d’échec des négociations.

 « Dans les négociations sur le prix du gaz, Naturgy traîne les pieds. Elle doit répondre rapidement tant sur l’acceptation du nouveau prix que sur la durée du nouveau cahier des charges. Les Italiens (ENI) et les Français (Engie) l’ont déjà accepté. C’est maintenant que l’approvisionnement en gaz doit être assuré pour l’avenir. La fenêtre d’opportunité est encore ouverte. Mais s’il n’y a pas d’accord dans un délai raisonnable, s’il y a échec, Sonatrach sera en droit de couper les approvisionnements », ont indiqué ces sources.

La menace de fermer les vannes avait été publiquement proférée par Alger au printemps dernier pour dissuader l’Espagne d’approvisionner le Maroc en gaz algérien par l’inversement du flux du gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui relie l’Algérie à l’Espagne via le Maroc et fermé en novembre dernier par les autorités algériennes suite à la crise politique avec le Maroc.

L’Espagne ambitionnait de devenir un hub gazier de l’Europe grâce aux flux de GNL américain acheminés par méthaniers et au gaz algérien qui arrive par gazoduc.

Mais la crise politique a contrarié les plans de Madrid. Pour avoir mis en péril les relations avec un partenaire important, les critiques pleuvent en interne sur le gouvernement espagnol.

Concernant le gaz, dont elle fournit une partie importante des besoins espagnols, l’Algérie a donné la priorité à l’Italie dans l’augmentation des flux, mais a toujours assuré qu’elle respectera ses obligations contractuelles vis-à-vis de l’Espagne.

La crise provoquée par le gouvernement socialiste est tombée au plus mauvais moment pour l’Espagne, c’est-à-dire dans une conjoncture de tension mondiale sur le gaz à cause de la guerre en Ukraine et alors que Sonatrach avait entamé la révision des prix sur les contrats de long terme avec les Espagnols.

En Allemagne, où il est allé discuter justement de la crise énergétique qui se profile en Europe, Pedro Sanchez a fait, mardi 30 août, un appel du pied en direction de l’Algérie en exprimant son désir de s’y rendre.

Les propos de Sanchez surviennent quelques jours après la visite en Algérie du président français Emmanuel Macron qui s’est soldée, entre autres, par l’engagement de discussions sur des contrats de long terme entre Sonatrach et Engie pour la fourniture de gaz.

Synthèse : Ab.N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Complexe Sider El Hadjar d’Annaba : reprise de la production dans la zone endommagée

L’activité de production dans la zone endommagée par la panne survenue au complexe sidérurgique d’El …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *