Accueil / Economie / Le budget 2020 dépassera les 5.200 mds DA

Le budget 2020 dépassera les 5.200 mds DA

Wilaya d’Alger

 

Les services de wilaya sont appelés à “contribuer à la démarche de la modernisation des trésoreries” et à “accélérer” la numérisation des services techniques afin d’améliorer leur rendement quotidien

Le budget de la wilaya d’Alger au titre de l’exercice 2020 dépassera les 5.200 mds DA, a révélé ce mardi le wali d’Alger, Abdelkhalek Sayouda, lors de la signature du rapport annuel sur la conjoncture budgétaire et financière de la wilaya pour l’année 2019.

Pour la première fois et avant la fin de l’exercice en cours, les services du ministère de l’Intérieur ont approuvé le budget 2020 de la wilaya d’Alger qui s’élève à plus de 5.200 mds DA, a précisé le wali, appelant les directeurs exécutifs des différents secteurs et les donneurs d’ordre à accélérer l’exécution des budgets et d’entamer l’année budgétaire à partir du 2 janvier. Il a instruit, dans ce contexte, de prolonger les délais du recouvrement fiscal à un mois pour rattraper le retard accusé.

Pour sa part, le trésorier de la wilaya d’Alger, Hammouche Said Amine qui a présenté le rapport annuel devant le wali, le représentant du ministère des Finances, les directeurs exécutifs et les membres d’APW, a fait savoir que les recettes budgétaires recouvrées par la trésorerie de la wilaya d’Alger au titre de l’année 2019 ont dépassé 4.505 mds DA dans les différentes activités de la wilaya notamment les douanes, les biens et le pétrole, ajoutant que ce chiffre représentait 69.23% des recettes prévues au budget général de l’Etat pour l’année 2019. Affirmant que ce taux considérable des recettes démontre l’importance des efforts de recouvrement fournis par les structures comptables de la wilaya, il a relevé l’hégémonie de la fiscalité pétrolière estimée à 2.714 milliards de Da de la fiscalité sur les recouvrements dans la finance publique. Il a indiqué que le montant global du budget de la wilaya d’Alger de l’année 2019 s’élevait à près de 192 mds de DA, d’autant plus que les dotations affectées aux dépenses de fonctionnement sont estimées à plus de 56 mds de DA, contre un budget d’équipement de près de 122 mds de Da, outre un budget estimé à près de 13 mds de DA affecté au Fonds de la jeunesse.

 L’hégémonie des Plans sectoriels centralisés (PSC) et des Plans sectoriels décentralisés (PSD) est due aux projets denses enregistrés à travers les secteurs dans la wilaya, a-t-il fait observer. Selon le rapport, les dépenses dans le cadre des plans communaux de développement (PCD), au titre de l’exercice 2019 ont atteint plus de 795 millions de DA, soit un taux de consommation de 32 %, soulignant que la valeur des dépenses des programmes sectoriels centralisés s’élèvent à plus de 32 milliards de DA, soit un taux de consommation de moins de 48 %, alors que plus de 26 milliards de DA de dépenses ont été enregistrés dans le cadre des programmes sectoriels centralisés, soit un taux de consommation de 48,23 %. Face à cet écart dans la consommation des budgets alloués aux différents plans et programmes enregistrés, l’intervenant a insisté sur l’impératif de remédier à cette situation durant la période supplémentaire.

De son côté, le Directeur général de la Comptabilité au ministère des Finances, Mohamed Larbi Ghanem, a appelé les services de wilaya à “contribuer à la démarche de la modernisation des trésoreries” et à “accélérer” la numérisation des services techniques afin d’améliorer leur rendement quotidien, faisant état de partenariat avec la partie espagnole pour mettre sur pied un nouveau système de gestion fiscale et ouvrir prochainement une Ecole nationale du Trésor.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Permanence durant Aïd El Fitr : la mise en garde de l’ANCA

L’Association des commerçants et artisans (ANCA) présidée par Hadj Tahar Boulenouar a menacé les commerçants …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *