Accueil / Economie / Installation du Comité national des paiements / objectif : absorber l’argent de l’informel            

Installation du Comité national des paiements / objectif : absorber l’argent de l’informel            

Le gouverneur de la Banque d’Algérie, Salah Eddine Taleb, a installé, ce dimanche, le Comité national des paiements. Cette installation entre dans le cadre de la « mise en œuvre des dispositions de la Loi monétaire et bancaire », selon un communiqué de la Banque d’Algérie.

Ce conseil a notamment pour mission, « l’élaboration du projet de stratégie nationale de développement des moyens de paiements scripturaux, visant la bancarisation des transactions et le renforcement de l’inclusion financière », explique la Banque d’Algérie.

Présidé par le gouverneur de la Banque d’Algérie, le Conseil national des paiements compte les représentants de plusieurs ministères « Finances, Justice, Commerce, Poste et télécommunications, numérisation, économie de la connaissance, des start-up et des micro- entreprises, de rang de directeur général ».

Le Conseil compte aussi deux représentants de la Banque d’Algérie, de rang de directeur général, le directeur général d’Algérie poste, des représentants de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de la Gendarmerie nationale, de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), de l’Association des banques et des établissements financiers, de l’organe interbancaire en charge de la monétique, d’un centre monétique interbancaire et deux experts désignés en raison de leur compétence dans le domaine.

La bancarisation des opérations financières en Algérie représente le plus grand problème de l’économie nationale. Avec une masse de près de 10.000 milliards de dinars circulant hors circuit banque, il est logique de parler d’un système financier informel et d’une économie informelle. Le chiffre a été donné

L’ancien ministre des finances, Abderrahmane Benkhalfa a payé les frais d’un projet visant la bancarisation de l’argent circulant sur le marché parallèle. L’opération avait lamentablement échoué.

Le 10 mars, la Banque d’Algérie a fait état d’une hausse importante des transactions en ligne, mais elle a estimé que cela restait « insuffisant ».

Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Industrie pharmaceutique : le volumes des exportations de médicaments en 2024 attendu en forte hausse

Les exportations de médicaments devraient atteindre 80 millions de dollars à la fin de l’année …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *