Accueil / En vrac / “En vrac” par Madjid Khelassi : le monde a pivoté de l’autre côté  

“En vrac” par Madjid Khelassi : le monde a pivoté de l’autre côté  

Compagnies aériennes, agences de voyages, hôtels, restaurants, cafés, salles des fêtes, transport inter-wilayas, campings et centres de vacances, universités, lycées , écoles et collèges…Pour toutes ces activités , la clé est depuis longtemps…et encore pour longtemps sous le paillasson.

Les équilibres économiques et sociaux vacillant déjà avec la chute des revenus pétroliers du pays, sont  désormais sous la menace d’une catastrophe   dévastatrice… directement liée à l’insaisissable Coronavirus.

Cela fait 6 mois que le monde a pivoté de l’autre côté de l’incertitude…du lendemain. Pour preuve la mise à l’arrêt de bons nombres de secteurs économiques vitaux…entraînant un chômage aussi inattendu que mortifère.

Quel sera le coût humain et économique chez nous ? La réponse se perd dans un bal masqué non programmé.

Le Coronavirus se promène à sa guise, franchit les frontières, affole les gouvernants, éreinte les soignants…Indéchiffrable, illisible, implacable.

C’est un rébus enveloppé dans un mystère à l’intérieur d’une énigme…disait Churchill au sujet des situations inexplicables.

Confiner, déconfiner, tester, tracer, cibler, isoler…la ronde des verbes se fracasse chaque jour sur la courbe démoralisante des contaminés et des hôpitaux  débordés.

Médecins  et infirmiers acculés…mais exemplaires et combatifs avec pour seul leitmotiv…Sauver des vies chaque jour.

Il faut parfois  que survienne une hécatombe, une crise sanitaire sans précédent, pour qu’au grand jour on découvre les enfants les plus impliqués d’une nation…Et là, c’est sans conteste le personnel médical- qui va du médecin , à l’infirmière, en passant par le brancardier et l’ ambulancier…-qui tire son épingle dans un jeu de la vie et de la mort oh combien stressant.

Chaque jour que Dieu fait apporte son lot de médecin, d’infirmier, d’anesthésiste, de réanimateur, décédés dans l’exercice de leur métier.

Qu’a cela ne tienne, le personnel médical de l’Algérie des hôpitaux obsolètes, est chaque jour au front…sans rechigner ni se plaindre ,d’un hôpital  totalement inadapté à une crise comme celle occasionnée par la COVID-19 .

Ah l’hôpital…Ce puzzle dispersé dans les méandres d’une gestion… dépassée. Et qui a fini par le déshumaniser.

Puisse la leçon du Coronavirus servir à anticiper le pire pour l’appréhender, et être prêt pour s’en soustraire…et se souvenir  pour affronter l’imprévisible.

L’Australie vient de reconfiner 5 millions de ses habitants, l’Espagne sa Catalogne, le Maroc ferme  Tanger, l’Algérie interdit le va et vient de et vers 29 Wilayas…l’instinct de survie se démène pour  s’adapter  au  climat du carnage.

Masques , gestes barrières, isolement…entraînent  chômage , faillites licenciements…mais l’espoir est plus fort. Il fait vivre, dit-on.

Nos médecins,  infirmiers, et tout le reste du personnel médical et paramédical nous donne une leçon de vie tous les jours.  Faisons… leur l’inclinaison du chapeau bas.

C’est le moindre des hommages que nous leur rendons. Grâce à eux demain est déjà un autre jour.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Annouar El Andaloussi : Hamas met l’économie d’Israël à genou

Ghaza mérite plus qu’une chronique dans un journal économique. Nous ne disposons pas de données …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *