Accueil / National / Après le harag «du train d’atterrissage» : un nouvel incident enregistré à l’aéroport d’Oran

Après le harag «du train d’atterrissage» : un nouvel incident enregistré à l’aéroport d’Oran

L’aéroport international Ahmed Ben Bella d’Oran a été le théâtre, aujourd’hui, d’une nouvelle tentative d’infiltration dans son enceinte dont le but est de prendre illégalement place dans un avion à destination de l’étranger. Le wali d’Oran, Said Sayoud, a révélé, lors d’une réunion au siège de la wilaya consacrée au secteur de la formation professionnelle, que «les services de sécurité ont arrêté, tôt hier matin, deux jeunes hommes qui se faufilaient clandestinement parmi les touristes à Oran, au niveau de l’aéroport international Ahmed Ben Ahmed, pour tentative d’immigration illégale à bord d’avions». Il a expliqué que les deux mineurs, originaires de la wilaya de Relizane et ne dépassant pas les 17 ans, se sont introduits furtivement dans l’aéroport après avoir coupé la clôture en fer. Ce qui a déclenché la sirène et les services de sécurité les ont arrêtés avant leur arrivée dans l’avion.

Le wali a également révélé, au cours de son discours, que les services de sécurité ont enregistré, avant-hier, une tentative d’infiltration d’un mineur de 15 ans dans l’enceinte de l’aéroport, avant que celui-ci ne soit arrêté et remis à la justice. Ainsi, le scénario du jeune homme arrivé en France caché dans le système d’atterrissage avant d’être soigné par les services de l’aéroport et transporté à l’hôpital dans un état critique, se répète à nouveau et dans la même structure aéroportuaire, trahissant ainsi de graves carences à son niveau.

Fin décembre dernier, l’aéroport Ahmed Ben Bella d’Oran a été le théâtre, le 28 décembre 2023, d’une tentative de harga qui a fait la une des médias locaux et internationaux, après qu’un jeune homme ait réussi à s’infiltrer dans l’aéroport, à atteindre la zone d’atterrissage et à se cacher dans le train d’atterrissage d’un appareil d’Air Algérie d’un avion d’Air Algérie, lors de son vol vers l’aéroport d’Orly à Paris (France).

Cette affaire a été sanctionnée, après une enquête ordonnée par le Président de la République, par le limogeage de responsables algériens de la sécurité, de l’aéroport et de l’armée de l’air, à leur tête le directeur général de la sûreté nationale, Farid Zinedine Bencheikh qui cédera son poste à Ali Badaoui. Autre conséquence de cette affaire : Issam Sayed a été nommé il y a trois semaines par l’inspecteur général du ministère des Transports, comme nouveau directeur a été nommé à la tête de la Société de gestion des aéroports d’Oran.

Le 7 janvier, le juge d’instruction près la Cour d’El Athmania au niveau de la cour d’Oran a ordonné la détention provisoire à l’encontre de 10 policiers et agents travaillant à l’aéroport international Ahmed Ben Bella d’Oran, ainsi que d’un mécanicien de la compagnie Algérien Airlines. Les mis en cause sont poursuivis pour «acte non intentionnel qui expose à la mort les passagers d’avions d’Air Algérie» et «délit de mise en danger de la vie ou de la sécurité physique d’autrui, ainsi que la sécurité de l’avion».

Mehdi.B

A propos LA NATION

Voir Aussi

Fabrication d’ascenseurs en Algérie : les entreprises italiennes spécialisées sollicitées

Les investisseurs en matière de réalisation d’usines d’ascenseurs, y compris leurs pièces, moteurs et cartes …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *