Accueil / Economie / Yassine Ben Slimane (PDG d’Air Algérie) : notre compagnie nationale n’est pas pléthorique

Yassine Ben Slimane (PDG d’Air Algérie) : notre compagnie nationale n’est pas pléthorique

Le président-directeur général d’Air Algérie, Yassine Ben Slimane, a démenti ce qui circule dans l’opinion publique selon lequel la compagnie dépasserait ses besoins en termes d’effectifs.

Lors d’une audition, ce mercredi, à l’Assemblée populaire nationale, le patron de la compagnie nationale a déclaré que “le nombre des travailleurs, au cours de l’année 2023, est de 8.315 travailleurs, alors qu’il était, en 2019, de 8.799 travailleurs”.  Pour Ben Slimane, la compagnie aérienne nationale ambitionne de poursuivre son embellie financière au terme de l’exercice actuel, en enregistrant un excédent financier, comme ce fut le cas en 2022.

Sur les réseaux sociaux, les critiques fusent sur ce que beaucoup n’hésitent pas à qualifier de pléthore assez importante des effectifs d’Air Algérie. Pour eux, la taille de l’entreprise ne saurait justifier ce grand nombre d’employés. En comparaison avec d’autres compagnies plus importantes que celle d’Air Algérie, il est facile de prouver une mauvaise gouvernance.

En novembre dernier, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné de reconsidérer le fonctionnement de l’entreprise, selon un plan moderne, conforme aux standards internationaux. Il a également ordonné l’ouverture d’enquêtes élargies contre des responsables du secteur du transport aérien et maritime, en raison de soupçons de perturbation des projets de développement du secteur, sans préciser l’identité des responsables concernés par ces enquêtes.

En mars 2022, le président Tebboune avait limogé, pour négligence, un certain nombre de responsables du secteur des transports, notamment le ministre des Transports et le PDG d’Air Algérie, et ils avaient été déférés à la justice. Le directeur de l’aéroport international d’Alger a également été démis de ses fonctions et poursuivi.

Les propos selon lesquels Air Algérie dépasserait ses besoins en effectifs ne sont pas nouveaux et ne se limitent pas aux citoyens. En octobre 2019, les représentants de la commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale ont insisté sur la nécessité d’élaborer une nouvelle stratégie et la mise en place d’une nouvelle organisation pour Air Algérie.

En écoutant l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports, Mustapha Kouraba, sur le projet de loi de finances pour l’année 2020, de nombreux députés ont souligné «la nécessité d’opérer un changement radical dans la stratégie d’Air Algérie, ainsi que la Société nationale du Transport Ferroviaire. 

Ces élus étaient unanimes sur le fait que le nombre d’employés travaillant pour la compagnie algérienne “dépassait les 10 000 travailleurs”, soulignant que ce nombre énorme “a inévitablement conduit à une hausse non justifié des billets.

Selon eux « des études mondiales ont prouvé que la réduction du nombre de travailleurs à 4 000 travailleurs, est suffisante pour faire fonctionner efficacement l’entreprise et lui éviter la faillite. »

Selon l’ancien président et directeur général d’Air Algérie, Bakhouch Allache (2017), Air Algérie « souffre d’une augmentation du nombre d’employés estimée à 3 000 travailleurs », mais il a nié l’intention de l’entreprise d’opter pour un plan de licenciement.

Mahdi Ben

A propos LA NATION

Voir Aussi

Exploration et Exploitation d’hydrocarbures : préparation d’un appel d’offre national et international

Au cours de l’année 2024, le secteur des hydrocarbures en Algérie se renforcera, dans le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *