Accueil / International / Selon un nouveau rapport soutenu par l’ONU : une famine attendue d’ici mai à Ghaza

Selon un nouveau rapport soutenu par l’ONU : une famine attendue d’ici mai à Ghaza

Un nouveau rapport soutenu par l’ONU a révélé ce lundi que la famine est attendue d’ici mai dans le nord de la bande de Ghaza, soumise à une guerre génocidaire sioniste depuis 164 jours, et qui a détruit le territoire palestinien, fait des milliers de martyrs et interrompu les approvisionnements.

Dans l’ensemble de l’enclave assiégée, le nombre de personnes confrontées à une “faim catastrophique” s’est élevé à 1,1 million, soit environ la moitié de la population, selon le rapport de la Classification intégrée de la sécurité alimentaire (IPC). “La famine est désormais projetée et imminente dans le nord de Ghaza et dans les gouvernorats de l’enclave et devrait se manifester au cours de la période de projection allant de la mi-mars 2024 à mai 2024”, a-t-il indiqué.

L’évaluation réalisée par l’initiative soutenue par l’ONU – une échelle utilisée par les agences des Nations Unies, les organismes régionaux et les groupes humanitaires – intervient dans un contexte de pression mondiale sur l’entité sioniste pour qu’il autorise davantage d’aide humanitaire dans l’enclave de 2,3 millions de personnes.

Le nombre de personnes considérées comme risquant une famine catastrophique à Ghaza est presque le double du chiffre rapporté en décembre, lorsque le dernier IPC sur Ghaza a été publié et que la faim était déjà record.

“De mi-mars à mi-juillet, dans le scénario le plus probable et dans l’hypothèse d’une escalade du conflit incluant une offensive terrestre à Rafah (ville), la moitié de la population de la bande de Ghaza (1,11 million de personnes) serait attendue pour faire face à des conditions catastrophiques”, a déclaré l’IPC.

L’analyse de l’IPC indique que “les actions nécessaires pour prévenir la famine nécessitent une décision politique immédiate en faveur d’un cessez-le-feu ainsi qu’une augmentation significative et immédiate de l’accès humanitaire et commercial à l’ensemble de la population de Ghaza”.

Dans le rapport, il est indiqué aussi que “tous les efforts doivent être déployés pour garantir l’approvisionnement en nourriture, en eau, en médicaments et la protection des civils, ainsi que pour restaurer et fournir des services de santé, d’eau, d’assainissement et d’énergie”.

Josep Borrell : Ghaza est désormais un “cimetière à ciel ouvert”

La bande de Ghaza est désormais un “cimetière à ciel ouvert” après avoir été une “prison à ciel ouvert”, a dénoncé lundi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Avant l’agression, “Ghaza était la plus grande prison à ciel ouvert.

Aujourd’hui, c’est le plus grand cimetière à ciel ouvert pour des dizaines de milliers de personnes, mais aussi pour nombre des plus importants principes du droit humanitaire”, a déclaré M. Borrell, peu avant le début d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

A Ghaza, “nous ne sommes plus au bord de la famine, nous sommes face à une famine qui affecte des milliers de personnes”, avait dit Josep Borrell un peu plus tôt dans la matinée dans un discours devant un forum européen sur l’aide humanitaire. Pourtant, a-t-il souligné, des “centaines de camions” transportant des “mois de stocks” de nourriture et d’aide humanitaire attendent en vain d’entrer dans la bande de Ghaza, faute d’y être autorisés par l’occupant sioniste.

C’est “inacceptable”, la “famine est utilisée comme une arme de guerre”, a-t-il encore dénoncé, comme il l’avait déjà fait la semaine dernière devant les Nations unies à New York.

L’OMS “terriblement préoccupée” par les bombardements aux abords du plus grand hôpital de Ghaza

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est dit lundi “terriblement préoccupé” par les bombardements sionistes près du plus grand hôpital de la bande de Ghaza, ajoutant que cette nouvelle agression “mettait en danger la santé des personnels, des patients et des civils”. “Nous sommes terriblement préoccupés” par les bombardements près de l’hôpital al-Chifa dans le nord de Ghaza, a écrit Tedros Adhanom Ghebreyesus sur le réseau X. Il a avertit que cette situation “compromettait les services de santé, l’accès pour les ambulances et l’acheminement de fournitures destinées à sauver des vies”. Selon des habitants, plus de 45 chars et véhicules blindés de transport de troupes sionistes sont entrés à l’aube dans al-Rimal, le quartier de l’hôpital.

31.726 martyrs et 73.792 blessés

Le bilan de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza, en cours depuis plus de cinq mois, s’est alourdi hier à 31.726 martyrs et 73.792 blessés, majoritairement des enfants et des femmes, a rapporté l’agence de presse palestinienne Wafa. La même source a précisé que 8 massacres sionistes ont été perpétrés dans la bande de Ghaza au cours des dernières 24 heures, faisant 81 martyrs et 116 blessés.

Par ailleurs, des sources médicales, citées par Wafa, ont fait savoir hier que “des dizaines de Palestiniens ont été tués et d’autres ont été blessés à la suite du bombardement par les forces d’occupation du complexe médical Al-Shifa dans la ville de Ghaza”. “Les forces d’occupation sionistes ont procédé également à l’arrestation de plusieurs Palestiniens travaillant au niveau de l’hôpital”, ont déclaré, de leur côté, des sources locales, citées par médias palestiniens.

R.I

A propos LA NATION

Voir Aussi

Elections législatives en France : le Rassemblement national arrive en tête du premier tour avec prés de 34% des voix

Le Rassemblement national arrive en tête du premier tour des élections législatives ce dimanche 30 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *