Accueil / Economie / Raffinerie d’Augusta : un chiffre d’affaires de 7,2 milliards d’euros en 2022

Raffinerie d’Augusta : un chiffre d’affaires de 7,2 milliards d’euros en 2022

La filiale italienne du groupe Sonatrach, Sonatrach Raffineria Italiana (SRI), située à Augusta, en Sicile (sud de l’Italie), a réalisé un chiffre d’affaires de plus 7,2 milliards d’euros (7.234.374 euros) en 2022.

Avec ce chiffre d’affaires, la raffinerie de Sonatrach en Italie arrive en tête des entreprises siciliennes. Elle a dépassé de loin Isab, une raffinerie vendue en mai dernier par le groupe russe Lukoil au chypriote GOI Energy. Isab a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 2,5 milliards d’euros l’année dernière. En troisème position, le groupe maritime Grimaldi avec un chiffre d’affaires de plus de 1,87 milliard d’euros en 2022, rapporte le site italien Focus Sicilia, citant les chiffres de la base de données Aida.

Selon la même source, après deux ans de pandémie de Covid-19 qui a impacté négativement l’économie italienne, la dynamique économique semble reprendre en 2022. La reprise a été marquée par une domination des sociétés spécialisées dans les hydrocarbures, représentées par les raffineries de Sonatrach et d’Isab. Viennent ensuite, les sociétés des secteurs maritimes et de la grande distribution.

La raffinerie de Sonatrach a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 4,3 milliards d’euros en 2021 et plus de 2,3 milliards d’euros en 2020. La raffinerie d’Augusta a été rachetée en 2018 par le groupe Sonatrach à l’américain Exxon Mobil. Sa capacité de raffinage est de 10 millions de tonnes d’essence, de gasoil et pas mal d’autres produits raffinés.

Elle opère dans le secteur du raffinage du pétrole brut, du stockage et de la distribution de produits pétroliers à travers la raffinerie d’Augusta (Syracuse) et ses trois dépôts de produits pétroliers situés dans le sud de l’Italie, à Augusta (Syracuse), Naples et Palerme. La Société est également le leader européen de la production de produits de base pour lubrifiants, bitume et paraffine, lit-on dans le rapport.

Elle possède à la fois des usines de raffinage primaire et de transformation pour la transformation de produits semi-finis en produits finis, ainsi qu’environ 280 réservoirs pour une capacité totale de stockage d’environ 3 millions de mètres cubes, auxquels s’ajoute une capacité totale de stockage d’environ 140.000 mètres cubes aux trois dépôts de produits pétroliers.

L’entreprise commercialise ses nombreux produits raffinés dans ses principaux marchés qui sont l’Italie, l’Espagne, la France, la Turquie et l’Egypte. Les principaux clients de la société sont les plus grandes sociétés pétrolières et sociétés de négoce de pétrole au monde, notamment : BP, Naftal, Vitol, Gunvor, Lyondell Basell, Sasol, ENI Versalis, Saras, CEPSA, Shell, ExxonMobil et Total.

Pour rappel, le rachat de cette raffinerie vieille de 70 ans pour près de 1 milliard de dollars, avait fait couler beaucoup d’encre et a fini devant la justice. L’ex-PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a été condamné à 10 ans de prison ferme, dans une affaire de corruption lors de l’acquisition de la raffinerie.

R.E

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi : la prédation financière

Dans une précédente chronique, nous avions parlé de l’évolution du capitalisme sur les deux derniers …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *