Accueil / Economie / Ouverture du transport aérien : 15 autorisations accordées à des opérateurs privés

Ouverture du transport aérien : 15 autorisations accordées à des opérateurs privés

Dix-neuf ans après la disparition de Khalifa Airways, première compagnie aérienne algérienne du secteur privé, le ciel algérien s’apprête à renouer avec l’investissement privé.

Faisant écho aux voeux du président Abdelmajid Tebboune qui souhaitait voir le secteur du transport aérien investi par le privé, le ministre des Transports, Aissa Bekkai, a indiqué, hier sur la chaîne de télévision Echorouk TV, que 15 autorisations ont été accordées à des opérateurs privés pour l’exploitation du transport aérien et 11 autorisations dans le transport maritime.

Il n’est pas clair, cependant, ce que autorisation d’exploitation voudrait dire ? S’agit t-il d’agréments définitifs pour la constitution de compagnies aériennes, leurs permettant d’entamer, tout de suite, l’activité de transport de voyageurs et ou de fret ?

Aissa Bekkai a affirmé que ces accords ne constituent pas une autorisation définitive pour ces projets, soulignant que l’entrée en vigueur est tributaire de la réunion de toutes les conditions réglementaires et les règles fixant les textes législatifs par les investisseurs.

Le ministre n’a pas donné, à ce propos, d’autres informations, par exemple, les identités de ces promoteurs, les noms de leurs entreprises, encore moins sur les conditions qu’exige le cahier des charge, etc.

La réouverture du ciel algérien au privé ne pourrait se faire sans la hantise de ce que c’était l’expérience de Khalifa Airways.

Cette compagnie, fondée en 1999 par Abdelmoumen khalifa, est connue pour être l’un des scandales financiers les plus retentissants de l’Algérie indépendante.

L’opinion publique ignore, encore aujourd’hui, les tenants et les aboutissants de cette grosse affaire. La gravité de l’affaire a influé sur la décision dans ce domaine, pendant près deux décennies. Ainsi, le marché est resté fermé tout le long de l’ère Bouteflika.

Devant les déboires de la compagnie nationale, Air Algérie, le nouveau locataire d’El Mouradia, le président Abdelmajid Tebboune, a décidé de la réouverture au privé, comme une des solutions pour un secteur confronté, de plus en plus, à une rude concurrence.

Aziz.T

A propos LA NATION

Voir Aussi

Salon Djazagro : la 21e édition sous le signe de l’innovation

Plus de 650 exposants, algériens et étrangers, participent à la 21e édition du Salon professionnel …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *