Accueil / Economie / Finance : l’Afrique se lance dans le cryptomonnaie

Finance : l’Afrique se lance dans le cryptomonnaie

Les banques centrales de 130 pays du monde se penchent sur le lancement des monnaies numériques, selon un rapport du centre d’études américain Atlantic Council. Parmi les pays africains, on y trouve, l’Algérie, le Maroc et Maurice. Sans compter que le Nigeria a déjà mis en circulation son eNaira en 2021.

Sur fond de croissance importante de l’usage des cryptomonnaies, la majorité des pays du monde dont ceux d’Afrique développent activement leurs monnaies numériques, indique un rapport du groupe de réflexion américain Atlantic Council.

En l’espace de deux ans, le nombre de pays souhaitant faire la conversion à la monnaie numérique est passé de 35 à 130 pays, ce qui représente 98% de l’économie mondiale, selon le document publié le 28 juin.

D’ailleurs, les banques centrales de 11 pays ont déjà lancé les versions numériques de leurs monnaies nationales dont celles des Caraïbes et du Nigeria.

Le Nigeria, l’un des marchés les plus développés en Afrique en matière de commerce électronique, est devenu en octobre 2021 le premier pays du continent à lancer sa propre monnaie numérique, l’eNaira.

Selon l’étude de l’Atlantic Council, la République de Maurice est le prochain pays sur la liste ou une roupie numérique devrait voir le jour d’ici novembre 2023. En Tanzanie, le régulateur a mis en place une équipe technique multidisciplinaire pour examiner les aspects pratiques de cette monnaie numérique de la banque centrale (MNBC).

L’Algérie cherchant à intensifier la numérisation des paiements, a aussi fait part de sa volonté d’adopter une monnaie numérique nationale sous le nom de “dinar numérique algérien”. Celui-ci devrait constituer à terme un soutien à la monnaie fiduciaire physique.

La Banque centrale du Maroc prône de son côté l’approfondissement du dialogue sur les monnaies numériques, émises par le régulateur bancaire.

En revanche, le Sénégal de même que l’Équateur en Amérique latine ont renoncé au développement de leurs monnaies numériques nationales, signale le rapport, ainsi que la banque centrale du Kenya qui, après avoir publié un document de discussion sur une devise numérique, a, pour sa part, rétropédalé et a décidé de reporter cette option.

Un projet pilote d’émission de la monnaie numérique en Chine implique 260 millions de personnes et prévoit 200 scénarios, du commerce numérique aux paiements de relance du gouvernement.

Deux autres grandes économies émergentes, l’Inde et le Brésil, prévoient également de lancer leur MNBC l’année prochaine.

La Banque centrale européenne fait également une étude sur l’euro numérique, dont l’émission est prévue dans l’ensemble de la zone euro d’ici 2028.

Cependant, aux États-Unis, les études sur un dollar numérique ne progressent que pour une version “de banque à banque”, selon les recherches de l’Atlantic Council, alors que le développement au sens large de la version à l’usage public reste au point mort.

R.E.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Algérie-Tunisie-Libye : vers la création d’un conseil de partenariat entre organisations patronales

Le Conseil du renouveau économique algérien (CREA), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *