Accueil / International / Des travailleurs d’une ONG humanitaire américaine tués dans une frappe sioniste à Ghaza (fondateur)

Des travailleurs d’une ONG humanitaire américaine tués dans une frappe sioniste à Ghaza (fondateur)

Des collaborateurs d’une organisation humanitaire non-gouvernementale américaine qui livre de la nourriture dans la bande de Ghaza menacée de famine ont été tués dans une frappe sioniste lundi, a annoncé son fondateur.

“Aujourd’hui, World Central Kitchen (WCK) a perdu plusieurs de ses sœurs et frères” dans une frappe de l’armée d’occupation sioniste à Ghaza, a déclaré sur les réseaux sociaux, José Andrès. Ils ont été tués “alors qu’ils travaillaient pour soutenir notre travail humanitaire de livraison de nourriture à Ghaza”, selon un communiqué distinct de l’organisation, dénonçant une “tragédie.” Selon les autorités sanitaires à Ghaza, il s’agit de quatre travailleurs humanitaires étrangers et de leur chauffeur palestinien, victime d’une frappe sioniste sur leur véhicule dans le centre de la bande de Ghaza.

Les autorités ont d’abord fait état de cinq martyrs arrivés dans un hôpital de Deir el-Balah, après une frappe aérienne sioniste ayant visé un véhicule de l’organisation américaine (WCK). “Ils possèdent la nationalité britannique, australienne et polonaise et la quatrième nationalité n’est pas connue”, a rapporté dans un autre communiqué cette source, précisant que la cinquième personne était un chauffeur et traducteur palestinien. “J’ai le cœur brisé”, a déclaré le dirigeant de l’organisation basée à Washington. L’entité sioniste “doit mettre fin à cette façon de tuer à l’aveugle”, a ajouté José Andrès. L’entité sioniste, a-t-il poursuivi, “doit mettre fin à la restriction à l’aide alimentaire, mettre fin aux meurtres de civils et de travailleurs humanitaires, et arrêter d’utiliser la nourriture comme une arme.”

Dans sa dernière mise à jour publiée lundi, l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a indiqué que les forces sionistes “ont poursuivi leurs raids dans toute la bande de Ghaza, ce qui a entraîné davantage de victimes civiles, le déplacement et la destruction de maisons et d’autres infrastructures civiles, et que les frappes aériennes et les bombardements se sont poursuivis dans le nord de Ghaza, à Khan Yunes et Rafah”.

Les estimations de l’UNRWA indiquent qu’environ 1,2 million de personnes vivent désormais à Rafah. Il a indiqué qu’au 30 mars, jusqu’à 1,7 million de personnes, soit plus de 75 % de la population, ont été déplacées dans toute la bande de Ghaza, la majorité d’entre elles ayant été déplacées à plusieurs reprises. Jusqu’à fin mars, 173 membres du personnel de l’UNRWA ont été tués depuis le début de la guerre génocidaire sioniste à Ghaza. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires a rapporté ce week-end que depuis le 1er mars, les autorités sionistes “ont empêché l’accès de 30 % des missions d’aide humanitaire au nord de Ghaza et de 10 % des missions au sud de la bande”. Le bureau a averti que le blocus imposé à Ghaza, y compris la fermeture des points de passage, et le manque d’eau et d’électricité, sont “des éléments clés de la catastrophe humanitaire majeure qui se déroule à Ghaza”.

Depuis le 7 octobre, l’armée sioniste mène une guerre dévastatrice et génocidaire contre Ghaza qui a fait, dans un décompte arrêté lundi, 32.845 martyrs et 75.392 blessés, pour la plupart des enfants et des femmes, et provoqué des destructions massives et une catastrophe humanitaire sans précédent.

APS

A propos LA NATION

Voir Aussi

Chantiers d’après-guerre à Ghaza : l’entité sioniste accélère les travaux de création d’une “zone tampon”

L’entité sioniste a donné un coup d’accélérateur aux travaux de création d’une “zone tampon” d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *