Accueil / Economie / Croissance : Fadhli confirme la reprise économique en 2021

Croissance : Fadhli confirme la reprise économique en 2021

Après une contraction en 2020, la reprise économique, entamée au premier trimestre 2021, s’est poursuivie au cours du deuxième trimestre 2021 pour atteindre le chiffre de 6,4 %, contre une forte contraction de 10,3 % au deuxième trimestre de l’exercice précédent.

La masse monétaire a enregistré une croissance de 12,79% durant les dix premiers mois de l’année en cours 2021, a indiqué mardi à Alger le gouverneur de la Banque d’Algérie, Rostom Fadhli. La masse monétaire (M2) qui correspond à la quantité de monnaie circulant dans l’économie algérienne a atteint 19.918,39 milliards de dinars à fin octobre dernier contre 17.659,64 milliards de dinars à fin décembre 2020.

Cette croissance est due essentiellement à la hausse de l’agrégat M1 (pièces et billets dans les comptes courants, les actifs immédiatement utilisables comme moyens de paiement) de 16,41 %, passant de 11.901,82 milliards de dinars à fin décembre 2020 à 13.854,50 milliards de dinars à fin octobre 2021, a expliqué M. Fadhli lors d’une rencontre entre la Banque d’Algérie et les banques et établissements financiers.

Les dépôts à terme ont connu une progression de 5,32 %, atteignant ainsi 6.063,89 milliards de dinars à fin octobre 2021 contre 5.757,82 milliards de dinars à fin décembre 2020. L’évolution des dépôts à vue, à fin octobre 2021, a été marquée par une forte croissance de l’ordre de 23,54 %, passant de 4.210,00 milliards de dinars à fin 2020 à 5.201,23 milliards de dinars à fin octobre 2021. La hausse des dépôts à vue est due essentiellement à la croissance des dépôts à vue de Sonatrach.

Par secteur juridique, à fin octobre 2021, les dépôts à vue du secteur public ont connu une hausse de 46,20 %. De même, les dépôts à vue des entreprises privées et des ménages ont augmenté respectivement de 6,68 % et de 3,59 %, selon la même source rappelant que les dépôts à vue représentaient à fin octobre 2021, 26,1 % de la masse monétaire contre 23,8 % à fin décembre 2020.

Hausse des crédits à l’économie de 3,82%

Pour ce qui est des dépôts à terme, avec une part de 30,4 % dans la masse monétaire à fin octobre 2021 contre 32,6% à fin décembre 2020, ils ont atteint 6.063,89 milliards de dinars, soit une progression de 5,32 %. A fin octobre 2021, les dépôts à terme en dinars du secteur public ont connu une baisse de 0,43 %, contrairement à ceux des entreprises privées et ceux des ménages qui ont enregistré une hausse de 3,84 % et de 6,75 % respectivement.

Quant aux dépôts en devises, ils ont crû de 9,74 % atteignant ainsi 927,21 milliards de dinars à fin octobre 2021. Les crédits à l’économie ont enregistré une hausse de 3,82% passant de 11.182,29 milliards de dinars à fin décembre 2020 à 11.609,37 milliards de dinars à fin octobre 2021. Ainsi, les crédits octroyés par les banques publiques ont augmenté de 3,24 % et ceux octroyés par les banques privées ont crû de 8,16 % au cours des dix premiers mois de 2021.

Les crédits aux entreprises publiques, aux entreprises privées et aux ménages, ont augmenté respectivement de 4,80 %, 1,99 % et 7,11 % à fin octobre 2021.

Une croissance de 6,4 % au 2e trimestre

Fadhli a évoqué, par ailleurs, l’évolution de l’activité économique nationale. Après avoir enregistré une contraction au cours de l’année 2020, la reprise de l’activité économique, entamée au premier trimestre 2021 (+2,3 %), s’est poursuivie au cours du deuxième trimestre 2021 atteignant ainsi une croissance appréciable de 6,4 %, contre une forte contraction de 10,3 % au deuxième trimestre 2020, a-t-il souligné. Cette croissance du PIB réel est corrélée à la hausse de la croissance de la quasi-totalité des grands secteurs de l’économie nationale hormis celui de l’Agriculture qui a accusé un léger recul de 0,3 % au deuxième trimestre 2021, contre une croissance de 1,4 % à la même période de l’année précédente. Ce recul est dû notamment aux conditions climatiques défavorables. Hors hydrocarbures, la croissance du PIB a atteint 6,1 % au deuxième trimestre 2021 contre un fort repli de 11,5 % au deuxième trimestre de l’année précédente. Le premier secteur ayant contribué à la progression de l’activité économique au, deuxième trimestre 2021, est celui du BTPH qui a enregistré une forte croissance de 13,7 % contre -20,0 % une année auparavant. Le deuxième secteur est celui des hydrocarbures qui a connu une croissance de 11,0 % contre un repli de 5,3 % au deuxième trimestre 2020. Les services marchands affichent une croissance de 10,2 % contre un fort repli de 18,0 % une année auparavant. Le secteur de l’industrie a lui aussi réalisé une croissance appréciable de 9,3 % au deuxième trimestre 2021 contre un repli de 5,3 % au deuxième trimestre 2020, a indiqué M. Fadhli.

Aziz T.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Exportations de GNL : l’Algérie a consolidé ses parts sur le marché européen en 2023

La majeure partie de l’offre supplémentaire de l’Algérie en 2023 s’est dirigée vers la région …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *