Accueil / International / Agression sioniste contre Ghaza : conditions humanitaires plus que “catastrophiques”

Agression sioniste contre Ghaza : conditions humanitaires plus que “catastrophiques”

L’agression sioniste contre la bande Ghaza entre dans son septième mois. Le bilan de l’agression génocidaire s’est alourdi à 33.175 martyrs et 75.886 blessés depuis le 7 octobre dernier, ont indiqué hier les autorités palestiniennes de la Santé.

Le coordonnateur humanitaire des Nations unies pour les territoires palestiniens occupés, Jamie McGoldrick, a qualifié les conditions humanitaires à Ghaza de “catastrophiques”, alors que six mois se sont écoulés depuis que l’entité sioniste a lancé sa guerre génocidaire contre l’enclave palestinienne.

De son côté, le directeur général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), Jagan Chapagain, a déclaré, hier, que la situation humanitaire actuelle des civils à Ghaza, dévastée par l’agression génocidaire sioniste, était “plus que catastrophique”.

Jagan Chapagain dit que “la situation humanitaire actuelle des civils à Ghaza est plus que catastrophique. Des millions de vies sont menacées de faim. Un flux urgent et sans entrave de l’aide humanitaire doit être assuré pour parvenir à ceux qui en ont besoin. Pas demain, mais maintenant”.

Le responsable de l’IFRC lance cet appel, car “la situation à Ghaza est désastreuse. L’humanité a été pratiquement abandonnée. La famine est imminente.

Les soins de santé sont quasiment inexistants”. “Nous ne prenons aucun parti autre que celui de l’humanité”, souligne Chapagain, ajoutant que cela signifie: “Accès sans entrave de l’aide à l’intérieur et à toutes les parties de la bande de Ghaza, y compris le nord. La protection des civils, des travailleurs humanitaires, du personnel soignant et de leurs installations”. Depuis octobre, la fédération affirme avoir perdu 18 membres de son réseau à Ghaza.

Retrait des troupes au sud de la bande de Gaza

Israël a retiré ses troupes du sud de la bande de Gaza, notamment de la ville de Khan Younès, après des mois de combats contre le Hamas, ont indiqué dimanche l’armée et un responsable militaire israéliens.

«Aujourd’hui, dimanche 7 avril, la 98e division de commandos de l’armée israélienne a terminé sa mission à Khan Younès. La division a quitté la bande de Gaza afin (…) de se préparer à des futures opérations», a déclaré l’armée sioniste  dans un communiqué. Interrogé pour savoir si cela signifiait que toutes les troupes avaient quitté le sud de la bande de Gaza, un responsable sioniste a répondu: «oui».

Nouveaux pourparlers au Caire

Selon des médias américains, le chef de la CIA, Bill Burns, est au Caire pour rencontrer le chef du Mossad israélien, David Barnea, ainsi que des responsables égyptiens et qataris. La Maison Blanche a confirmé des pourparlers.

Des délégations sionistes et du Hamas étaient hier dans la capitale égyptienne, aux côtés de Bill Burns et du ministre qatari des Affaires étrangères, a indiqué samedi le média égyptien progouvernemental Al-Qahera News.

Le président américain Joe Biden a appelé le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou «à conclure un accord sur les otages» . Il a aussi demandé au Qatar et à l’Égypte, les médiateurs avec les États-Unis, «d’obtenir du Hamas qu’il s’engage à accepter un accord», selon un haut responsable américain sous couvert d’anonymat.

Le Hamas, qui a confirmé le départ de sa délégation au Caire hier, a affirmé samedi qu’il ne renoncerait pas à ses exigences pour une trêve, dont «un cessez-le-feu complet», un retrait israélien de Gaza, un retour des déplacés, et un «sérieux» accord d’échange d’otages et de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

La résistance palestinienne continue d’infliger des pertes considérables à l’armée sioniste. Hier Israël a publié les noms de quatre de ses soldats tués dans la bande de Gaza, portant à 604 le nombre total de ses pertes depuis le début de l’offensive terrestre selon un décompte sioniste.

Les quatre commandos sont morts dans le sud de la bande de Gaza. Le Hamas a déclaré de son côté avoir pris en embuscade des soldats sionistes, samedi, à Khan Younès.

L’Australie veut surveiller l’enquête sur la mort de travailleurs humanitaires

L’Australie va nommer un conseiller spécial chargé de travailler avec Israël pour garantir la «transparence» de l’enquête sur la mort à Gaza de sept travailleurs humanitaires, dont une Australienne, tués par un drone israélien, a annoncé la cheffe de la diplomatie australienne.

La ministre australienne des Affaires étrangères Penny Wong a déclaré à des journalistes samedi que les informations sur la frappe fournies à ce jour par Israël n’étaient pas suffisantes et que le gouvernement souhaite qu’une «personne dûment qualifiée» et choisie par lui surveille les investigations.

Lalzawmi «Zomi» Frankcom, une Australienne de 43 ans, ainsi que six autres travailleurs humanitaires de l’ONG américaine World Central Kitchen (WCK), ont été tués lundi soir dans la bande de Gaza par trois frappes israéliennes lancées en l’espace de quatre minutes sur leur convoi.

R.I

A propos LA NATION

Voir Aussi

Crimes de guerre et crimes contre l’humanité : le procureur de la CPI réclame un mandat d’arrêt contre Netanyahu 

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a réclamer ce lundi un mandat d’arrêt …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *