Accueil / Conjoncture / Abderrahmane Hadj Nacer : le dollar est la monnaie de la brutalité

Abderrahmane Hadj Nacer : le dollar est la monnaie de la brutalité

Dans une conférence sur le thème de la crise financière internationale et ses répercussions au Forum du quotidien El Moudjahid, l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie, Abderrahmane Hadj Nacer, a fait un grand plongeon dans l’histoire des crises financière qui ont ébranlé le monde de la finance à travers le monde.

A l’origine de toutes les grandes crises mondiales se trouve être la spéculation. C’est le cas par exemple de la plus célèbre : celle de 1929.

Hadj Nacer a expliqué comment les américains ont pallié à cette crise en chargeant le spéculateur en chef de régler le problème : La solution était donc de casser les monopoles et créer les conditions de la concurrence. Pour ce qui est du système bancaire, le nouveau chef du trésor américain a pris la décision d’interdire le cumul de la banque de dépôt et de la banque d’investissement. Le but était de séparer l’ingénierie financière, qui représente la mission principale des banques d’affaires, des banques de dépôts. Autrement dit : on ne spécule pas spécule sur la base des dépôts des citoyens. 

L’autre crise que le monde des finances ne risque pas de l’oublier de sitôt est celle des Subprimes.

A l’origine de cette crise, ajoute Hadj Nacer, la création de produits financiers qui n’ont aucune base. On est en plein dans le virtuel. Autrement dit : on crée de l’argent qui, en fait, n’existe plus. C’est le pouvoir du découvert. Ainsi le monde des finances se déplace des banques et de leurs systèmes classiques à un autre où règnent les modèles mathématiques. C’est tout simple incontrôlable. Le résultat est connu, le citoyen américain s’est trouvé obligé à payer des taux d’intérêt impossible à imaginer. L’administration américaine, au lieu de réguler le marché, est intervenue pour sauver le système et appauvrir encore davantage les pauvres.

La mondialisation, c’est exactement ça : Permettre le riche de s’enrichir encore plus et d’écraser le pauvre.

Le conférencier a qualifié la crise dite de Subprime de guerre. La guerre qui avait pour mission de fabriquer les nouveaux esclaves du nouveau monde.

L’ancien argentier du pays explique, de la façon la plus claire, que les crises financières, à ce stade, ne sont jamais étrangères aux jeux géostratégiques.

Ceux qui contrôlent la finance sont eux-mêmes les créateurs de guerres et de conflits de toutes sortes. La finance a besoin de contrôler les routes maritimes, la matière première et l’énergie. Et, surtout, insiste Hadj Nacer, de faire peur. Pourquoi : « parce que le dollar est devenu la monnaie de peur… et le symbole de la brutalité.» Les anglo-saxons pensent que le monde leur appartient. La cité de Londres est la garantie de ce système qui n’hésite pas à utiliser les porte-avions pour imposer la volonté des maîtres de la finance. La seule loi qui existe est celle de la loi américaine, caractérisée par l’arbitraire.

La guerre qui oppose aujourd’hui la Russie à l’Ukraine est au centre de cette politique américaine. Hadj Nacer explique avec brio comment le pays de l’oncle Sam a provoqué ce conflit. Le but est de piller l’argent des occidentaux. Les Etats-Unis ont besoin de l’argent des riches pour financer leur train de vie. La vraie richesse étant en occident.

Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Electricité : l’interconnexion du sud avec le réseau national coûtera 200 milliards DA

Ce budget prévisionnel sera entièrement en monnaie locale car l’ensemble des équipements nécessaires à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *