Accueil / En vrac / « En vrac » par Madjid Khelassi : les murs de la honte

« En vrac » par Madjid Khelassi : les murs de la honte

3000 migrants bloqués à la frontière qui sépare la Biélorussie de la Pologne. 

L’ Union Européenne clame que le Loukachenko  instrumentalise le malheur des migrants, pour se venger des sanctions que lui a infligé Bruxelles. 

La Pologne s’en lave les mains, et annonce in extenso, la construction d’un mur sur tout le tracé de sa frontière avec la Biélorussie. 

Ah les murs frontaliers, cette nouvelle marotte qui dit la négation des autres. 

Ces autres, que sont les victimes des conflits, les migrants économiques et climatiques, les apatrides, les parias, les déracinés par la faim. 

On pensait avoir fini avec ce genre de construction après la chute du mur de Berlin. Que nenni, la chasse à l’étranger est plus que jamais mondialisée.

Ici un mur à la frontière mexicaine pour empêcher les chicanos à goûter à l’Américain Way of Life.

Là, en Israël, un mur pour mieux étouffer les palestiniens de Cisjordanie et d’ailleurs. 

Dans les  Caraïbes, un mur maritime « érigé » par les États-Unis et  appelé embargo, asphyxie cuba depuis 1959. 

Au  Maroc, un mur, appelé le mur du triangle utile, empêche les sahraouis de voir ce qui se passe dans l’ex chez eux. 

Et puis il y’a les murs «virtuels » comme l’espace Schengen , ainsi que les murs culturels, que sont les visas. 

Jamais depuis le début de  l’histoire des transhumances humaines, et la désintégration du rideau de fer, l’individu ne fut à ce point stigmatisé, refoulé, emprisonné pour délit de «tentative d’une vie meilleure». 

«Aimez vous les uns les autres», «Make love not war», «le monde est un village planétaire »… ces slogans soixante-huitards, se fracassent plus que jamais sur les murs des centres de rétention aéroportuaire, ces nouveaux goulags des déshérités. 

A l’embrasure des espoirs  se construisent dorénavant des murs…où  l’immense cadastre humain qui,  s’essayant à mieux vivre , se retrouve prisonnier de ses rêves. 

Ils sont combien ceux et celles qui un jour décident de changer de vie. Et qui le payent au prix de leur vie ? 

Les candidats de la droite française pour l’Élysée 2022, sont tous d’accord pour casser du migrant.

La France, qui dit si bien les chemins droits, via ses poètes, emprunte ici des sentiers qui puent le racisme ordurier. 

A propos LA NATION

Voir Aussi

L’Etat s’engage en stratège

Le besoin d’Etat n’a jamais été aussi fort qu’en cette période. Il est vrai que …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *