Accueil / Conjoncture / Le Hirak : sensationnel et déterminé

Le Hirak : sensationnel et déterminé

44ème vendredi

Ce 44ème  vendredi de la Silmya, est le premier vendredi sous l’ère de Abdelmadjid Tebboune, nouveau président de le République. Un président qui a lancé un appel au dialogue au lendemain de son élection, avec sa « main tendue au Hirak ».  Ou encore, les premières mesures prises le jour de son investiture avec le limogeage du ministre qui a insulté les Algériens qui rejetaient les élections, et aussi le départ de Noureddine Bedoui, le dernier des B.

Mais ceci est-il suffisant pour apaiser la tension de la rue par le seul fait du départ de ces responsables, ou encre un discours d’investiture, qui a décliné les priorités de Tebboune, dont la révision de la Constitution et de la loi électorale, et quelques promesses et engagements économiques et sociaux ?

Lors de ce 44ème  vendredi le Hirak était comme ses grands jours : sensationnel, déterminé et d’une très grande modalisation.

A Alger les manifestants étaient au RDV ; en familles, petits et grand, hommes et femmes. Une grande mobilisation dans une selmya totale et avec de nouveaux et anciens slogans.

A Oran, avant la grande marche, un rassemblement à Place d’Arme. Couscous, lait caillé, et boissons pour les manifestants. Des milliers de manifestants dans les rues de el bahya.

 À Bouira, les manifestants disent non au dialogue avec Tebboune. La mobilisation n’affaiblit pas à Skikda, c’était franchement beau à voir. A Médéa, le froid n’a pas empêché des centaines de personnes de marcher. Dans la ville de Tizi Ouzou, c’était un Tsunami populaire.

A Ouargla, les manifestants refusent, avec suffisamment de clarté  d’êtes gouvernés par Abdelmadjid Tebboune.

Des centaines de personnes marchent dans les rues de la ville de Blida, contre le pouvoir et l’élection de Tebboune. Plusieurs milliers de Sétifiens dans la rue au 44è vendredi du Hirak.

On le savait déjà, une foule très nombreuse dans la ville de Jijel et la mobilisation au rendez-vous dans la ville de Biskra.

Des marcheurs à Ain Beida ne reconnaissent pas Abdelmadjid Tebboune en tant que président de l’Algérie. Forte mobilisation à Annaba. Les marcheurs à Constantine refusent tout dialogue avant la libération des détenus d’opinion.

Une importante marche à Bejaia, très importante pour exiger le départ de tout le régime. A Guelma, les manifestants ne reconnaissent que le Hirak

A propos LA NATION

Voir Aussi

Réunion du Gouvernement : plusieurs projets de textes exécutifs au menu

Le Premier ministre, M. Nadir Larbaoui, a présidé, ce mercredi, une réunion du Gouvernement, consacrée …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *