Accueil / Economie / Une enquête de L’ONS dévoile le salaire moyen des algériens

Une enquête de L’ONS dévoile le salaire moyen des algériens

Le salaire moyen en Algérie est de 42.800 dinars, a révélé L’Office national des statistiques (ONS) en conclusion de l’enquête menée en mai 2021 sur un échantillon de 696 entreprises dont 491 du secteur public et 205 sociétés à capitaux privés. L’évolution est de 1.4 % entre 2020 et 2021.

En 2018, le salaire moyen des Algériens était de 41.000 DA en 2018 contre 40.325 DA en 2017.

L’ONS précise que le salaire moyen est le salaire brut moins les différentes charges sociales et patronales, autrement dit c’est la rémunération nette.

 « Globalement, le salaire net moyen en 2021 s’élève à 42 800 DA, il est de 60 100 DA dans le public contre 34 900 DA dans le privé », a indiqué l’ONS.

Sans surprise, l’enquête a révélé en outre que les industries extractives (hydrocarbures et mines-carrières)  sont les deux secteurs qui offrent les meilleurs salaires en Algérie avec un salaire moyen de 111.800 dinars suivi par les secteurs des banques et des assurances avec 62 800 dinars.

 « L’existence de certaines entreprises publiques importantes, en termes d’effectifs avec un système de rémunération avantageux explique ce niveau relativement élevé du salaire dans le public. C’est notamment le cas des entreprises dans les industries extractives (secteur des hydrocarbures et services pétroliers), les transports et communications et les activités financières », analyse l’ONS.

Les salaires les plus faibles se trouvent dans les secteurs de la « construction » et de « l’immobilier et services aux entreprises » avec respectivement 32 500 DA et 35 700 DA.

« L’une des causes essentielles est la forte composante du personnel d’exécution, ce qui tire vers le bas le salaire moyen de ces secteurs », explique l’ONS.

L’enquête montre d’importantes disparités entre les secteurs en matière de rémunération des cadres (ingénieurs et autres), des agents de maîtrise et d’exécution.

Le salaire moyen d’un cadre  dans le secteur des hydrocarbures, par exemple, est de 135.630 dinars alors que celui d’un agent d’exécution est de 76.439 dinars.

Dans la santé, le salaire moyen d’un cadre est de 99.511 et celui d’un agent d’exécution est de 24.979 dinars, le plus bas de tous les secteurs touchés par l’enquête de l’ONS. Pour les cadres, c’est la construction qui offre le salaire moyen le plus faible en Algérie : 64.555 dinars.

L’ONS pointe des disparités salariales « relativement fortes » selon le niveau de qualification en Algérie. L’organisme explique qu’un cadre dans le secteur public perçoit un « salaire net moyen de 90 900 DA soit 2,2 fois le salaire net d’un agent d’exécution ». Le salaire des agents de maîtrise et du personnel d’exécution sont « respectivement de 66 400 DA et 41 200 DA », ajoute l’ONS.

En outre, l’enquête a montré quatre éléments déterminants dans le niveau des salaires en Algérie. Il s’agit, selon l’ONS, de la qualification du salarié, le secteur juridique, la taille de l’entreprise ainsi que les spécificités de rémunération sectorielles des entreprises de certains secteurs.

Synthèse : Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Industrie pharmaceutique : le volumes des exportations de médicaments en 2024 attendu en forte hausse

Les exportations de médicaments devraient atteindre 80 millions de dollars à la fin de l’année …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *