Accueil / Economie / Convention portant organisation à Alger de l’IATF

Convention portant organisation à Alger de l’IATF

L’engagement de l’Algérie en faveur de l’intégration économique continentale

Le Premier ministre, M. Nadir Larbaoui, a présidé, ce lundi à Alger, la cérémonie de signature, par le Gouvernement algérien et la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), de la convention portant organisation à Alger, de la 4e édition de la Foire commerciale intra-africaine (IATF), prévue en septembre 2025.

La convention a été signée, du côté algérien, par le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, M. Tayeb Zitouni, et, du côté de la Banque africaine d’import-export, par sa vice-présidente exécutive, Mme Kanayo Awani, ainsi que par le représentant du secrétaire général du Secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), M. Chawki Jebali, et le représentant du Commissaire au commerce et à l’industrie de la Commission de l’Union africaine (UA), M. Chiza Charles Chiumya.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, M. Tayeb Zitouni, a affirmé que l’organisation, à Alger, de la 4e édition de la Foire commerciale intra-africaine “intervient dans le cadre de la concrétisation de la stratégie du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, visant à renforcer l’intégration africaine et à promouvoir la coopération économique entre les pays de notre continent, en vue d’asseoir une base économique forte pour réaliser le développement durable et le bien-être des peuples d’Afrique”.

Mettant en avant la position de l’Algérie au carrefour de trois continents : l’Afrique, l’Europe et l’Asie, le ministre a soutenu que cette position géographique favorisant les échanges commerciaux entre ces trois parties du monde “lui permet de s’imposer comme un véritable hub économique dans la région”. Dans le souci de renforcer les échanges commerciaux intra-africains, a-t-il ajouté, l’Algérie a entrepris d’élargir son réseau de transport, notamment à travers la réalisation de la Route de l’unité africaine reliant Alger à Lagos (Nigeria) et le lancement de la réalisation de la route Tindouf-Zouerate reliant l’Algérie à la Mauritanie, “ce qui a valu à notre pays la deuxième position en Afrique en termes de réseau routier réalisé, atteignant le seuil de 128.000 km”, a affirmé M. Zitouni.

Mettant en évidence l’importance de ces réalisations sur le plan économique, le ministre a expliqué qu’elles permettront de relier les ports algériens à la profondeur africaine, formant ainsi un axe majeur pour le développement du commerce intra-africain et des activités économiques entre l’Afrique du Nord et l’Afrique australe, notamment après l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine.

De son côté, M. Obasanjo a affirmé que la convention portant organisation à Alger de l’IATF reflétait “la responsabilité collective des partenaires africains pour atteindre l’excellence, concrétiser l’innovation et développer l’investissement intra-africain”, soulignant que cet événement boostera le partenariat et l’intégration continentale.

Pour sa part, la vice-présidente exécutive de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) a affirmé que l’Algérie était l’une des économies africaines les plus importantes pouvant contribuer efficacement au renforcement du partenariat et de la coopération continentale, soulignant que l’IATF sera l’occasion de contribuer à l’essor des entreprises africaines, notamment les petites et moyennes entreprises activant dans différents secteurs (industries manufacturières, matières premières, entrepreneuriat et innovation).

Pour l’intervenante, l’Afrique “n’a d’autre choix que de compter sur elle-même dans le cadre de la coopération continentale, au moment où le protectionnisme a le vent en poupe à l’échelle mondiale”, et ce, a-t-elle dit, “en tirant parti des potentialités et des infrastructures dont dispose le continent via des plateformes telles que l’IATF”.

Le représentant du secrétaire général du Secrétariat de la ZLECAf, Chawki Jebali, a, quant à lui, souligné que le choix de l’Algérie pour abriter l’IATF reflétait son engagement et sa participation active à la concrétisation de l’intégration économique continentale, mettant en avant les efforts de l’Etat algérien dans la diversification de son économie et les grands pas franchis en matière de développement des secteurs hors hydrocarbures, notamment l’industrie.

Le dossier de l’Algérie pour l’organisation de cette manifestation économique continentale a été retenu en novembre 2023, après l’évaluation positive faite par la Commission de l’Union africaine concernant les infrastructures de base dont dispose l’Algérie pour abriter l’évènement, et ce, lors de la visite d’une délégation de la Commission en Algérie en juin 2023.

R.N

A propos LA NATION

Voir Aussi

Industrie pharmaceutique : le volumes des exportations de médicaments en 2024 attendu en forte hausse

Les exportations de médicaments devraient atteindre 80 millions de dollars à la fin de l’année …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *