Accueil / International / Au 123 e jour de l’agression sioniste : Khan Younès largement transformée en champ de ruines

Au 123 e jour de l’agression sioniste : Khan Younès largement transformée en champ de ruines

Le bilan de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza est passé à 27.585 martyrs palestiniens depuis le 7 octobre dernier, en majorité des femmes, enfants et adolescents, ont indiqué aujourd’hui , les autorités sanitaires palestiniennes. Khan Younès, principale ville du sud de l’enclave palestinienne, est largement transformée en champ de ruines.

Des dizaines de Palestiniens sont tombés en martyrs et d’autres ont été blessés hier, au 123 e jour de l’agression sioniste génocidaire, au cours de nouveaux bombardements et assauts des forces d’occupation contre nombre de quartiers à Ghaza.

D’après l’agence de presse Wafa, au moins 15 Palestiniens sont tombés en martyrs et plusieurs d’autres ont été blessés, tôt hier, dans des bombardements de l’aviation sioniste, prenant pour cible les quartiers d’Al-Sabra et d’Al-Zaytoun au centre de la ville de Ghaza.

La même source a ajouté que “5 autres Palestiniens sont tombés en martyrs et quinze autres ont été blessés dans le quartier de Tal al-Hawa, toujours au centre de Ghaza”.

Dans le quartier de Khan Younes, au sud de Ghaza, théâtre d’horribles massacres et crimes sionistes ininterrompus depuis plusieurs semaines, au moins six Palestiniens sont tombés en martyrs, mardi à l’aube, à la suite d’une nouvelle prise d’assaut de l’armée sioniste, selon des sources locales. L’armée d’occupation sioniste a fait exploser, lundi soir à Khan Younes, une zone résidentielle dans le quartier de Jourat Al-Aqqad, faisant de nombreuses victimes.

A Aréha, à l’ouest de la Cisjordanie occupée, les camps d’El Aqbat Jabr et Ain Sultan ont été pris d’assaut également dès l’aube hier par les soldats sionistes, faisant de nombreux blessés. “Le décompte des victimes n’est pas fini, au regard de la poursuite des attaques de l’aviation et de l’artillerie des forces occupation”, selon des témoins sur place.

Lors de leurs assauts aveugles, les forces d’occupation s’en sont pris également aux ambulanciers, ainsi qu’au personnel médical, ont ajouté d’autres témoins, cités par des médias locaux.

Dans ce sens, le Croissant rouge-Palestinien a affirmé, hier, que le sort de la fillette Hind Rajab, âgée de 6 ans, et des ambulanciers Youcef Zaino et Ahmed Al-Madhoun demeure toujours inconnu après sept jours de leur disparition.

La Croix-Rouge, a indique hier, qu’environ 8.000 personnes ont été évacuées lundi de l’hôpital al-Amal dans le sud de Ghaza, suite à l’agression sioniste, mais environ 300 autres s’y trouvent encore, dont des personnes âgées. “La situation humanitaire dans la bande de Ghaza est plus que catastrophique”, a déclaré un porte-parole de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), Tommaso Della Longa, lors d’un point de presse à Genève. “8.000 personnes déplacées qui avaient trouvé refuge dans notre hôpital du Croissant-Rouge palestinien à Khan Younès, Al-Amal, ont quitté l’hôpital hier (lundi)”, a-t-il indiqué. “Il y a encore actuellement une centaine de personnes âgées et de personnes handicapées qui n’ont pas pu quitter l’hôpital, 80 patients et 100 membres du personnel et bénévoles. Ils sont toujours à l’intérieur”, a-t-il dit. Depuis plus de deux semaines, a expliqué M. Della Longa, l’hôpital d’al-Amal y a été encerclé suite à l’agression sioniste, et même “frappé à plusieurs reprises”, y compris vendredi dernier, causant la mort de la responsable du département Jeunesse et Bénévoles du Croissant-Rouge palestinien.

L’hôpital al-Amal est un des plus importants de la ville, avec le centre médical Nasser, lui aussi piégé à cause de l’agression génocidaire sioniste. “L’occupation sioniste resserre son siège sur le complexe médical Nasser et cible son périmètre de façon soutenue”, a affirmé Ashraf al-Qudra, porte-parole du ministère palestinien de la santé à Ghaza. Selon lui, 300 membres du personnel médical, 450 blessés et 10.000 personnes déplacées se trouvent à l’intérieur de l’hôpital Nasser, où la nourriture manque, tout comme les médicaments notamment anesthésiques et chirurgicaux. En outre, a-t-il indiqué, les générateurs doivent s’y arrêter “d’ici quatre jours en raison du manque de carburant”.

Près de 5 000 étudiants ont perdu la vie

Le ministère de l’Education palestinien a déclaré, hier, que 4 895 étudiants sont morts en martyrs et 8 514 autres ont été blessés depuis le début des agressions génocidaires sionistes, le 7 octobre dernier, contre la bande de Ghaza. Le ministère a affirmé, dans un communiqué, que les agressions de l’entité sioniste contre Ghaza ont coûté la vie à “plus de 4 851 étudiants palestiniens et fait 8 227 blessés, tandis qu’en Cisjordanie occupée, 44 étudiants sont morts en martyrs et 283 autres ont été blessés, en plus de 89 personnes arrêtées”. Le département a ajouté que 239 membres du corps enseignant ont été tués et 836 autres blessés dans la bande de Ghaza.

En outre, le ministère a souligné que 620 000 élèves sont toujours privés d’inscription dans leurs écoles depuis le 7 octobre. Aussi, selon la même source, 286 écoles publiques et 65 autres centres éducatifs affiliés à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés (UNRWA) ont été bombardés et vandalisés dans la bande de Ghaza.

Le ministère de l’Education a affirmé également que les attaques sionistes à Ghaza, ont touché 90 % des établissements scolaires publics, soumis à des dommages directs et indirects, en plus de 29 % des bâtiments scolaires qui sont devenus inexploitables, car complètement démolis ou gravement endommagés et les 133 écoles publiques utilisées comme centres d’hébergement.

Les sionistes empêchent l’arrivée de l’aide

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que l’entité sioniste continue de faire obstacle à l’arrivée de la plupart de l’aide au nord de la bande de Ghaza. Lors de son point de presse quotidien, Dujarric a souligné, hier, que seules 10 opérations humanitaires ont atteint le nord de Ghaza sur 61 opérations en janvier. La majeure partie de l’aide arrivée dans le nord de Ghaza, selon Dujarric, contient des vivres. Dujarric a souligné que les missions d’aide aux hôpitaux et aux établissements de santé sont souvent empêchées, signalant que ces “missions transportent de l’eau et des produits d’hygiène”. Selon des médias, les habitants du nord de Ghaza meurent de faim et tentent de nourrir leurs enfants en utilisant le reste de fourrage animal dont ils disposent.

R.I

A propos LA NATION

Voir Aussi

“The Guardian” : la guerre secrète de l’entité sioniste contre la CPI

Une enquête accablante publiée par le quotidien britannique “The Guardian” a révélé au grand jour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *