Accueil / National / Algérie-Mali : des initiatives en cours pour contenir la crise

Algérie-Mali : des initiatives en cours pour contenir la crise

Le ministre malien des Affaires étrangères, Abdallah Diop, a révélé les démarches et initiatives en cours par la voie diplomatique pour contenir la crise avec l’Algérie, soulignant qu’un malentendu s’est produit et que les deux pays sont condamnés à travailler ensemble.

Le ministre malien des Affaires étrangères a déclaré, dans une interview à la télévision malienne : « Nous avons expliqué dans une précédente déclaration officielle ce qui s’est passé, mais il faut souligner que l’Algérie et le Mali sont deux pays liés par des relations de bon voisinage et fraternelles, et ils sont liés par la géographie, l’histoire et liens sociaux, et par conséquent nous sommes condamnés à travailler ensemble pour parvenir… à la paix et à la stabilité.

Abdallah Diop a ajouté que l’un des indicateurs positifs sur la voie de la résolution de la crise entre Bamako et Alger est « le retour des ambassadeurs des deux pays après leur rappel ». Il a expliqué que «dans les relations entre pays, il y a des périodes d’incompréhension, au cours desquelles nous utilisons les voies diplomatiques, comme la convocation des ambassadeurs pour consultation, pour envoyer des messages politiques”, a-t-il poursuivi.

Le chef de la diplomatie malienne a affirmé que Bamako est “pleinement disposé, dans un esprit positif, à régler tous les différends par le dialogue afin d’apporter les éclaircissements nécessaires pour garantir que nos relations reposent sur des bases solides, en tenant compte des intérêts communs.

Diop a poursuivi : “Le président Assimi Goeta a la volonté, et le gouvernement et le peuple malien ont aussi une volonté afin de bâtir des relations fondées sur le respect mutuel”. Ces clarifications, a-t-il dit, sont nécessaires pour éviter tout malentendu. “Que ce soit avec l’Algérie ou avec d’autres pays, nous n’avons aucun problème à travailler ensemble, et je le répète- en ce qui concerne l’Algérie – que nous sommes condamnés à vivre et à travailler ensemble”.

Abdallah Diop a souligné, en outre : “Nous sommes sur le point d’obtenir des résultats positifs avec l’Algérie, et je ne veux pas beaucoup parler de tous les détails pour le moment, mais nous espérons que cette crise trouvera des solutions par la voie diplomatique et le dialogue, des mesures et des initiatives sont mises en œuvre sur le terrain pour cela. “

De son côté, le Premier ministre malien Shoguel Koukala Mega a déclaré, lors de sa rencontre avec les responsables et les membres des organisations professionnelles et du secteur privé, que « le Mali est bien conscient des liens séculaires d’amitié, de fraternité et de bon voisinage qui unissent le deux peuples frères des deux pays. »

Les déclarations du ministre malien des Affaires étrangères, Abdallah Diop, constituent un tournant positif dans la voie de la résolution de la crise diplomatique qui a débuté le 20 décembre dernier, après que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu Cheikh Mahmoud Dicko, la plus haute autorité religieuse du Mali. Bamako a considéré qu’il s’agissait d’un parti pris de l’Algérie en faveur d’une seule partie à la crise. La crise s’est intensifiée lorsque le Conseil militaire malien a annoncé son désaveu de l’accord d’Alger de 2015, que l’Algérie tenait à cœur. L’annonce a été faite sur un ton franchement hostile à l’Algérie, l’accusant entre autres, de « mener des actions hostiles et inamicales et d’interférer dans les affaires du Mali ». Des accusations auxquelles la diplomatie algérienne a répondu par un discours calme et sage prenant à témoin le peuple malien et ses intérêts.

Mahdi. B

A propos LA NATION

Voir Aussi

Fabrication d’ascenseurs en Algérie : les entreprises italiennes spécialisées sollicitées

Les investisseurs en matière de réalisation d’usines d’ascenseurs, y compris leurs pièces, moteurs et cartes …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *