Accueil / Conjoncture / Abderrahmane Raouya prend ses fonctions de ministre des Finances : priorité à la numérisation du secteur

Abderrahmane Raouya prend ses fonctions de ministre des Finances : priorité à la numérisation du secteur

Le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane, a présidé samedi la cérémonie d’installation du nouveau ministre des finances, Abderrahmane Raouya. Le poste a été occupé depuis juin 2021 par le premier ministre lui-même.

Dans son allocution prononcée à l’occasion, ce dernier a mis en avant la nécessaire poursuite de la dynamique dans le secteur notamment en termes de réformes structurelles dans les domaines des banques, des assurances, des impôts, des douanes, du budget et des systèmes d’information.

Il a relevé, à cet effet, l’importance de parachever les projets de numérisation du secteur avec toutes ses composantes (douanes, impôts, budget, …), considérant que cette démarche constitue “le premier défi” à relever pour le secteur des finances. Le nouveau premier argentier du pays a assuré que la priorité sera désormais accordée à tout ce qui concerne le citoyen et les opérateurs économiques, notamment à travers l’allègement et la simplification des procédures.

Né le 7 novembre 1960 à Mostaganem, M. Raouya est licencié en Droit (Faculté de Droit de Ben Aknoun-Alger) et diplômé de l’Ecole Nationale des Impôts de Clermont-Ferrand (France). Il se lance dans le domaine des finances en 1985.

Durant sa carrière de plus de trente années au niveau du Ministère des Finances, il a occupé plusieurs postes de responsabilité.

Il a été expert fiscal du Fonds monétaire international (FMI) en République Démocratique du Congo (RDC) entre 2003 et 2005.

Raouya a été associé plusieurs fois aux missions d’assistance technique du FMI dans plusieurs pays africains.

Il a été aussi membre de plusieurs Conseils d’Administration en Algérie ainsi que d’institutions et d’organismes financiers internationaux notamment au niveau du groupe de la banque islamique de développement (BID).

Abderrahmane Raouya a été ministre des Finances durant deux périodes, de mai 2017 à mars 2019, puis de janvier à juin 2020.

Il a participé aux réformes des finances publiques engagées en Algérie ainsi qu’à la mise en place des plans de modernisation des administrations fiscale, domaniale, budgétaire et douanière.

Il a contribué à l’élaboration de plusieurs nouvelles lois économiques notamment celles relatives aux secteurs des hydrocarbures et des mines.

Il a également supervisé la mise en œuvre d’une série de réformes dans le domaine financier liées principalement à la numérisation et à l’introduction des produits de la finance islamique au sein du système bancaire, de même qu’il a été négociateur au nom de l’Algérie de plusieurs conventions internationales relatives à la fiscalité.

R.N

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi / la géopolitique n’explique pas tout : se méfier de ses opportunités et de ses contraintes.

En début de cette année 2024, l’économie mondiale peine à maintenir  le rythme de croissance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *