Accueil / Conjoncture / Tebboune défend son bilan socioéconomique : «la politique sociale de l’État sera renforcée»

Tebboune défend son bilan socioéconomique : «la politique sociale de l’État sera renforcée»

Un programme ambitieux a été lancé pour renforcer les acquis sociaux, notamment en matière de satisfaction des besoins et des services de base des citoyens, particulièrement des catégories vulnérables, tout en adoptant une approche basée sur l’amélioration de la qualité de ces services et l’égalité en matière d’accès.

Le président de la république a défendu bec et ongle la politique sociale suivie par l’Etat. Dans un discours, lu en son nom, hier à Alger, par le Premier ministre, Nadir Larbaoui, à l’inauguration des travaux du séminaire international sur les « acquis sociaux à enjeux économiques », Tebboune a égrené les réformes économiques et sociales lancées sous son règne, tout en mettant en exergue les grands acquis sociaux engrangés par la population algérienne.  «La politique sociale de l’État sera renforcée dans la période à venir grâce à la mise en œuvre de mesures liées à la valorisation des salaires et à la réduction de la pression fiscale à partir du début de l’année 2024 ». a-t-il annoncé.

D’autres mesures ont été prises pour renforcer le caractère social de l’Etat algérien qui est l’incarnation de l’esprit de la révolution algérienne.  «En vue d’affirmer le rôle vital de l’Etat dans ce domaine, un programme ambitieux a été lancé pour renforcer les acquis sociaux, notamment en matière de satisfaction des besoins et des services de base des citoyens, particulièrement des catégories vulnérables, tout en adoptant une approche basée sur l’amélioration de la qualité de ces services et l’égalité en matière d’accès», a assuré le chef de l’Etat, avant de poursuivre : «les politiques publiques ont été orientées, ces dernières années, vers le soutien du pouvoir d’achat du citoyen à travers la valorisation des salaires au profit de plus de 2,8 millions de fonctionnaires et d’agents contractuels, le renforcement de la justice fiscale et la garantie de la couverture des besoins de base, notamment pour les catégories vulnérables, outre le renforcement des différents programmes d’aide sociale, dont la valorisation des pensions destinées aux personnes aux besoins spécifiques et aux personnes nécessiteuses, et l’amélioration de la performance du Fonds de pension alimentaire au profit des femmes divorcées ayant la garde des enfants». «Pour faire face aux défis induits par la hausse des prix des produits de base sur les marchés internationaux et éviter son impact sur le niveau de vie des citoyens, l’Etat a consenti des efforts considérables en matière de transferts sociaux, qui ont représenté 18,45 % du budget général de l’Etat au titre de l’exercice 2023 », a-t-il ajouté.

Sur sa lancée, le président n’a pas manqué de louer les acquis en matière d’emploi réalisés, en assurant qu’ «une attention particulière a été accordée à la politique d’emploi, à travers le lancement d’une vaste opération pour mettre en service des centaines des projets en suspens ».

Ne s’arrêtant pas là, le chef de l’Etat a passé en revue les réformes économiques et financières lancées par le gouvernement pour faire sortir le pays de sa dépendance aux hydrocarbures. «Consciente de la relation étroite entre la réalisation de taux qualitatifs de développement économique et le renforcement des politiques sociales, l’Algérie a lancé un chantier de grande envergure de réformes économiques en vue de diversifier l’économie nationale, libérer l’esprit d’initiative et améliorer le climat des affaires et de l’investissement», a-t-il affirmé, avant de préciser: «ces réformes ont été couronnées par une révision globale du système juridique de l’investissement dans le cadre d’une approche basée sur la transparence, la lutte contre la bureaucratie et l’égalité entre les opérateurs économiques, outre l’adoption d’un nouveau modèle pour l’octroi et la gestion du foncier économique destiné à l’investissement».

Le président a évoqué aussi la réforme monétaire et bancaire,  en assurant que son gouvernement a « procédé à une révision de la loi monétaire et bancaire pour l’adapter aux évolutions de l’environnement bancaire, dans le cadre d’un plan global de réforme du secteur financier et bancaire, à travers notamment la diversification des sources de financement, la densification du réseau bancaire, l’amélioration de l’inclusion financière, et la promotion de la gouvernance des institutions financières à l’étranger, particulièrement sur le marché africain, dans le but d’accompagner la dynamique imprimant les échanges commerciaux au niveau continental». Pour le chef de l’Etat «cette dynamique se renforcera davantage avec le parachèvement de la consolidation de l’arsenal juridique, notamment à travers la révision du code du commerce et de la loi sur les assurances, l’élaboration du nouveau projet de loi sur le partenariat public-privé, qui incarnera une vision innovante en matière de financement des projet d’infrastructures, ainsi que la poursuite du programme de transformation numérique globale, notamment dans les services publics».

 Ali Chikhi

A propos LA NATION

Voir Aussi

Fabrication d’ascenseurs en Algérie : les entreprises italiennes spécialisées sollicitées

Les investisseurs en matière de réalisation d’usines d’ascenseurs, y compris leurs pièces, moteurs et cartes …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *