Accueil / Economie / Carburant : la consommation domestique a atteint 17,7 millions de tonnes en 2022

Carburant : la consommation domestique a atteint 17,7 millions de tonnes en 2022

La consommation nationale de carburant a atteint environ 17,7 millions de tonnes en 2022 (+3% par rapport à 2021) à la faveur de la reprise économique enregistrée dans le pays dans plusieurs secteurs, notamment les services et l’industrie, a indiqué le président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH), Rachid Nadil dans un entretien à l’APS.

La consommation de butane et de propane a diminué de 2,26 %, à 1,34 million de tonnes, et celle de bitume de 20 %, à 619.000 tonnes.

Il a ajouté qu’au cours de la période de référence, la consommation de diesel avait atteint 10,1 millions de tonnes (une hausse de plus de 4% par rapport à 2021), estimant que cette consommation “devrait continuer d’augmenter à la faveur de la croissance économique enregistrée en Algérie”.

“La capacité de production de diesel est estimée à 9 millions de tonnes par an, et devrait atteindre 12,5 millions de tonnes à l’horizon 2030, avec l’entrée en service, en 2028 à Skikda, du projet de conversion du fioul en diesel, qui contribuera à augmenter la production de près de 4 millions de tonnes”, a-t-il fait savoir.

La consommation de gaz de pétrole liquéfié-carburant (GPL-c) a, quant à elle, augmenté de 20%, atteignant 1,5 million de tonnes en 2022, contre 1,2 million de tonnes en 2021, et ce, grâce aux efforts consentis par différents acteurs depuis plusieurs années pour promouvoir ce produit éco-responsable proposé au consommateur à un prix très attractif (9 DA/litre) par rapport aux autres types de carburant.

En revanche, la consommation d’essence a baissé de 2,26%, à 3,3 millions de tonnes, contre 3,4 millions de tonnes en 2021. Une baisse qui s’explique par l’augmentation de la consommation de GPL-c, qui devrait atteindre 6,8 millions de tonnes d’ici 2050, sachant que la capacité de production de ce carburant est estimée actuellement à 4 millions de tonnes par an.

Par ailleurs, la consommation de Kérosène s’élève à 468.000 tonnes en 2022 contre 297.000 tonnes en 2021, soit une augmentation de 58%, tandis que celle de carburant marin est de 219.000 tonnes.

Le président de l’ARH a indiqué que les cinq raffineries actuelles que compte l’Algérie peuvent porter leur production à 300.000 tonnes par an, outre le plan de Sonatrach pour 2025 visant à augmenter la production à 500.000 tonnes.

Selon différentes sources, la consommation domestique d’hydrocarbures a augmenté de plus de 80% entre 2007 et 2019.

a précisé que “cette croissance de la consommation devrait se poursuivre durant les années à venir, pour atteindre environ 41 millions de tonnes à l’horizon 2050, avec une augmentation annuelle d’environ 3 millions de tonnes.»

Si les capacités nationales de production peuvent répondre à cette demande, cela devrait influer sur les quantités destinées à l’exportation.

Certains experts fixent le point culminant à 2028, où l’Algérie devrait choisir entre soutenir ce rythme de consommation interne et l’exportation.

L’ancien ministre de l’Energie, Bachir Attar est parmi ceux qui plaident pour un changement de cap dans notre manière de consommer l’Energie et plus précisément le Gaz naturel, d’une part. De l’autre part, l’Algérie devra se pencher avec plus d’application sur un mix-énergétique combinant le solaire, le thermique, le vent…et, bien sûr les énergies fossiles.

Appel à l’économie

“Il incombe aux citoyens de rationaliser leur consommation, en vue d’économiser et d’exporter ce carburant vers les marchés extérieurs pour générer des devises qui profitent à l’économie nationale et au citoyen”, a-t-il dit.

“La baisse des prix de ces produits encourage leur consommation, d’où la nécessité de revoir leur marge commerciale, en appliquant le système des subventions directes au profit des catégories sociales et ménages à faible et moyen revenus”, a-t-il fait observer.

Par ailleurs, M. Nadil a indiqué que l’ARH lancera, dans les jours à venir, une plateforme dédiée aux investisseurs désirant obtenir des autorisations, dans le but de réduire les délais d’étude des dossiers et d’établir un contact direct entre l’Autorité et l’opérateur économique, en sus de la mise en place d’un plan d’organisation interne pour définir les sites des installations pétrolières afin d’aider à l’élaboration d’un plan national pour les investissements pétroliers.

Synthèse : Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Près de 700 participants y prendront part : la Foire internationale d’Alger ouvre ses portes lundi 

Cette édition qui sera marquée par le retour du Canada et de la République tchèque, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *