Accueil / Conjoncture / Le hirak ne décolère pas

Le hirak ne décolère pas

43e vendredi du mouvement pour le changement

Avec  la proclamation de Abdelamajid Teboune président de la république, le mouvement citoyen pour le changement entame une nouvelle étape : le refus du passage en force opéré par le pouvoir.

Des manifestations sont signalées dans différentes villes du pays tels que Bejaia, Tizi Ouzou Sétif,  Tlemcen, Bourdj Bou Arreridj, Bouira, Skikda, Médéa, Ain Beida, Batna, Annaba, Dellys, Tiaret, Blida et Bordj Meniel.

Hier, la mobilisation à Alger et dans beaucoup d’autres villes du pays n’a pas faibli, malgré un jeudi (le jour du scrutin) très laborieux.

A Alger, le 43e vendredi du harak n’a pas dérogé à la règle. Malgré une présence policière sans précédent, les manifestants, en grand nombre, étaient au rendez-vous. Dès la fin de la prière de vendredi, les grandes artères de la capitale commençaient à se remplir de monde. Plus de deux heures plus tard, les manifestants ont continué à afflué vers la grande poste.

A Oran, selon des témoignages postés sur les réseaux sociaux, les forces de polices n’ont pas fait dans le velours.  Ces derniers ont utilisé la manière forte pour disperser les manifestants. On a signalé des arrestations à Oran, Sidi Belabes. A Ain Témouchent  les forces de police ont empêché par la force marches et manifestations. Bien avant les élections, plusieurs arrestations ont été opérées parmi les leaders du mouvement de protestation. A Tlemcen, une manifestation a eu lieu ce vendredi après-midi. Les manifestants ont fustigé l’organisation des élections. Jeudi, plusieurs militants pacifiques ont été arrêtés. A Constantine, Tizi Ouzou, El Bordj, Jijel et ailleurs, des manifestations conséquentes ont eues lieu.

Le même rituel, la même détermination. Les slogans brandis se sont enrichis par d’autres. Avant le 12 c’était le refus d’une élection voulue par le pouvoir pour la continuation du système, le même légué par Abdeaziz Bouteflika. Aujourd’hui, et après l’annonce du résultat, « c’est le refus d’une opération  entachée d’irrégularité, » a déclaré un manifestant.  « Allah Akbar, el vote m’zaour » (Dieu est grand, le vote est truqué » crient en chœur les manifestants dès la sortie de la mosquée Alrahma.

Le nom de Teboune, le nouveau président, est largement vilipendé. Il remplace, ainsi le nom du Chef d’Etat, relégué, par la force des choses à la deuxième position. Teboune est, dors et déjà, le chef de l’Etat et le chef des forces armées. Et c’est à lui que revient la responsabilité de  trouver des solutions à la crise… C’est, finalement, là, peut être l’objectif voulu par l’institution militaire.

Il est donc attendu du Hirak d’évoluer dans ce sens. Comme il est attendu du nouveau locataire d’El Mouradia d’assumer la responsabilité d’affronter la rue.

Ha. Sa

A propos NaTIon

Voir Aussi

Coronavirus en Algérie : le bilan encore une fois en hausse

Les nouvelles contaminations au Coronavirus poursuivent leur hausse . Les chiffres officiels communiqués mardi par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *