Accueil / International / Irak : terrible bilan de l’incendie de l’hôpital de Dhi Qar à Al Nasiriyah

Irak : terrible bilan de l’incendie de l’hôpital de Dhi Qar à Al Nasiriyah

Le bilan de l’incendie qui s’est déclaré lundi soir, dans un centre de confinement pour les patients de la Covid-19, dans un hôpital de la province de Dhi Qar, dans le sud de l’Irak, s’est alourdi à 64 morts et 8 disparus, ainsi que des dizaines de blessés, selon les chiffres officiels, un précédent bilan ayant fait état de 60 morts.

Le porte-parole du département de la santé de Dhi Qar (gouvernemental), Ammar Al-Zamili, a déclaré hier, que « le bilan de décès à la suite de l’incendie, qui s’est déclaré lundi soir dans un centre de confinement et de traitement des patients atteints du coronavirus à l’hôpital universitaire Al-Hussein de Nasiriyah, au centre de Dhi Qar, a jusqu’à présent atteint les 64 morts, en plus de 50 blessés et 8 disparus confirmés.

Dans ce contexte d’incendie catastrophique, le directeur du département de la santé de Dhi Qar, Saddam Sahib al-Taweel, a remis sa démission dans la journée d’hier.

Pour sa part, le président irakien, Barham Salih a déclaré dans un tweet : « La tragédie de l’hôpital Al-Hussein à Dhi Qar, et avant cela, celle de l’hôpital Ibn Al-Khatib de Bagdad, est le produit d’une corruption persistante et d’une mauvaise gestion qui ne fait aucun cas de la vie des Irakiens et empêche la réforme pour améliorer les performances des institutions ».

Salih a ajouté que « l’enquête et la poursuite sévère des négligents sont la consolation de nos martyrs et de leurs familles », soulignant qu' »un examen strict de la performance des institutions est nécessaire pour la protection des citoyens ».

Il s’agit du deuxième incendie du genre en moins de 3 mois. Le 24 avril dernier, un incendie similaire s’est déclaré à l’hôpital Ibn Al-Khatib, dans la capitale, Bagdad, à la suite de l’explosion d’une bombonne d’oxygène, faisant 82 morts et 110 blessés.

Après ce drame, le Premier ministre Mustafa Al-Kazemi a décidé d’arrêter le ministre de la Santé, Hassan Al-Tamimi, le gouverneur de la capitale, Bagdad, Mohamed Jabr, ainsi que d’autres fonctionnaires. Le ministre de la Santé avait, plus tard, présenté sa démission.

R.I

A propos LA NATION

Voir Aussi

Afghanistan : Éventuel report du retrait américain, les talibans s’y opposent

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, n’a pas écarté le report du retrait américain de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *