Accueil / Economie / Finance : les Bourses mondiales en berne, le dollar encore en progression

Finance : les Bourses mondiales en berne, le dollar encore en progression

Les Bourses mondiales souffraient mercredi dans la perspective de nouvelles fortes hausses de taux d’intérêt de part et d’autre de l’Atlantique pour juguler l’inflation, sur fond de craintes de récession et de crise énergétique tandis que le dollar continuait de se renforcer.
L’indice parisien CAC 40 cédait 0,59%, la Bourse de Francfort se repliait en début de matinée de 0,67% et Londres perdait 1,12%.
En Asie, la Bourse de Tokyo a lâché 0,71% mercredi, lestée par la dégringolade du yen par rapport au dollar, atteignant mercredi un nouveau plus bas depuis 1998 à 144 yens pour un dollar. Hong Kong a reculé de 1,1% tandis que Shanghai a pris 0,1%. Mardi, Wall Street a terminé dans le rouge.
La perspective d’une poursuite du resserrement monétaire accéléré, entamé au printemps, a été renforcée mardi par la bonne santé de l’activité dans les services aux Etats-Unis, principal secteur de la première économie mondiale.
La perspective que la Fed relève ce mois-ci de nouveau ses taux fortement, de trois quarts de points, comme en juin et en juillet, a propulsé mercredi le dollar à un nouveau plus haut de 24 ans face au yen, à 144,38 yens pour un billet vert. Vers 07H30 GMT, il s’échangeait à 144,14 yens.
A contrario, l’euro restait logé sous la parité face au dollar et à des niveaux plus vus depuis 20 ans alors que la Banque centrale européenne, qui se réunit jeudi, se prépare à poursuivre la remontée de ses taux directeurs pour sortir la zone euro de l’inflation. Vers 07H30 GMT, la monnaie unique cédait 0,05% à 0,99 dollar pour un euro.
Les investisseurs attendent désormais que la Banque centrale européenne (BCE) relève fortement ses taux directeurs jeudi pour juguler l’inflation, avant un conseil des ministres européens de l’Energie appelé à examiner vendredi de nouvelles mesures de réduction de la consommation de gaz et d’électricité.
Les craintes de récession, la stricte stratégie sanitaire dite “zéro Covid” en Chine et la force du dollar faisaient baisser les prix du pétrole mercredi.
Signe du fléchissement de l’économie mondiale, les exportations et les importations de la Chine ont connu en août un ralentissement plus important que prévu.

APS

A propos LA NATION

Voir Aussi

Gaz naturel : l’Algérie vise une production de 200 milliards m3 d’ici 2029

L’augmentation de la production des hydrocarbures dans les années à venir est d’une grande importance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *