Accueil / Conjoncture / Djilali Soufiane (président du parti Jil Jadid) : l’avenir de l’Algérie doit être un État de droit

Djilali Soufiane (président du parti Jil Jadid) : l’avenir de l’Algérie doit être un État de droit

« L’avenir de l’Algérie doit être un État de droit, une démocratie assumée et construite », a estimé, dimanche, le président du parti Jil Jadid, Djilali Soufiane, en réaction à l’annonce faite jeudi dernier par le président de la République décidant des élections présidentielles anticipées pour le 7 septembre prochain.

Lors de son passage à l’émission «L’invité de la Chaîne 3 de la Radio algérienne », Djilali Soufiane  a regretté le fait que la politique en Algérie passe par une période de léthargie.

« Maintenant, nous avons en face de nous des élections présidentielles pour la fin de l’année. Ce n’est pas une surprise que ces élections soient anticipées de quelques mois, car ce n’est pas cela qui va fondamentalement bouleverser le calendrier électoral, mais se sont les conditions à mettre en place pour aller vers un scrutin qui a toute sa valeur », a indiqué M. Djilali.

« Quel système politique devons-nous construire et de manière consensuelle qui rassemble la grande majorité des Algériens ? », s’interroge l’invité de la Chaîne 3. Un système qui prend, selon lui, en compte les éléments de bases de la sécurité nationale, de la stabilité de l’État et d’un fonctionnement assoupli des institutions.

« Maintenant, il faut s’atteler à construire notre avenir dans un État de droit, une démocratie assumée et construite », a-t-il ajouté, indiquant que tout ne se fait pas naturellement, mais réellement construit à la base d’une démocratie et une  modernité qu’on veut instaurer.

À une question relative au rassemblement des Algériens autour d’un projet de société, dans le but, suprême, de renforcer le front interne pour faire face aux menaces auxquelles l’Algérie est exposée, M. Djilali juge que « Soutenir n’est pas forcément s’aligner systématiquement sur une politique donnée sur l’aspect positif et sans jamais parler de ses points faibles ».

Et d’ajouter « que l’impératif est de renforcer le front interne, par l’expression politique aidant à traiter les défaillances, les erreurs et les points faibles de manière à ce que l’État assure le progrès et une évolution positive et non pas prendre une forme de consentement systématique ».

R.N/Source : Radio algérienne

A propos LA NATION

Voir Aussi

Présidence de la république : le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres

Le président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *