Accueil / Conjoncture / Coronavirus en Algérie : tendance haussière des contaminations

Coronavirus en Algérie : tendance haussière des contaminations

La tendance haussière des contaminations à la Covid-19 s’est confirmée hier. Selon le Comité scientifique de suivi de la pandémie, 252 nouveaux cas confirmés ont été enregistrés mercredi. Ainsi, depuis près d’une semaine, le nombre des contaminations n’a cessé de croitre. Vendredi dernier, 221 nouveaux cas, contre 205 samedi, 199 cas dimanche, 214 cas lundi et 223 nouveaux cas hier. Le pays totalise désormais 55 090 contaminations depuis le début de l’épidémie. Le nombre de décès, lui, reste sur un plateau ne dépassant pas 10 décès quotidiennement. Hier, le Comité scientifique a enregistré 7 nouveaux décès. Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a déclaré, hier à Batna que la situation épidémiologique liée au coronavirus (Covid-19) en Algérie « demeure critique ». Djerad a relevé, selon l’agence officielle APS, que « la situation épidémiologique demeure critique et il est impératif de déployer davantage d’efforts pour éradiquer l’épidémie ». Saluant les efforts déployés dans la lutte contre le coronavirus, le Premier ministre a indiqué que « grâce aux efforts fournis, nous avons pu maintenir un niveau raisonnable de contaminations par le coronavirus en dépit de quelques lacunes », indiquant que les insuffisances ne sont pas liées au manque de moyens, mais plutôt à
« l’accumulation de problèmes dans le secteur de la santé ». Dimanche dernier, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, s’est montré « rassurant » quant aux chiffres liés à l’épidémie. Il a affirmé que les Algériens ne seront pas de nouveau confinés, écartant le début d’une 2e vague. D’autres responsables écartaient tout report de la rentrée scolaire, malgré les inquiétudes des parents d’élèves. Hier, des parents d’élèves, dans quelques régions du pays ont exprimé leur inquiétude. Il y a même parmi eux ceux qui ont refusé d’envoyer leurs enfants à l’école, comme ce fut le cas dans une commune de la wilaya de Skikda. Pour ces parents d’élèves, les conditions d’une rentrée sécurisée ne sont pas réunies.  A Cheffa, dans la wilaya de Blida, les parents d’élèves ont observé un sit-in de contestation contre une rentrée scolaire mal préparée, tout en affirmant que leurs enfants n’iront pas à l’école sans des conditions de sécurité normales contre l’épidémie. Malgré ces informations, pour le moins inquiétantes, rien ne justifie, aux yeux de beaucoup de spécialistes, un report de la rentrée scolaire, tout comme le retour à un confinement généralisé. C’est l’avis du président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (Snpsp). Pour lui, le retour des élèves aux écoles est nécessaire et qu’il n’y a aucune justification pour le report. L’enjeu principal, a-t-il ajouté, est de faire en sorte que les mesures de précaution contre le coronavirus soient respectées et incarnées. Le président du Snpsp a expliqué que l’enjeu aujourd’hui réside dans l’équilibre entre la nécessité pour nos enfants de retourner à l’école et de retourner à la vie sociale, économique et politique et à l’activité associative dans une ambiance normale au regard de ces circonstances extraordinaires tout en respectant le protocole sanitaire. Le président de la République avait déclaré, au début du mois, que le retour des classes pourrait être sélectif. En ce sens qu’il ne sera obligatoire que lorsque les conditions de sécurité sanitaire soient réunies.  C’est le cas aussi dans les régions où le virus circule le moins.

Ha.Sadek

A propos LA NATION

Voir Aussi

Secteur de la sidérurgique : l’Algérie veut exporter son acier vers l’Europe

La nouvelle feuille de route du secteur industriel doit permettre l’émergence d’un nouvel écosystème national …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *