Accueil / International / Les énormes débris d’une fusée chinoise pourraient retomber sur Terre

Les énormes débris d’une fusée chinoise pourraient retomber sur Terre

Le lanceur Longue Marche 5B de 30 mètres de haut, qui a permis la mise en orbite du module Tianhe, pourrait retomber sur Terre à n’importe quel endroit.

Le 29 avril dernier, la Chine mettait sur orbite un des premiers éléments de sa station spatiale, à savoir le module Tianhe. Ce dernier a été propulsé depuis la province de Wenchang par une fusée Longue Marche 5B. Mais comme le révèle le Guardian, le lanceur qui est composé d’un étage et de boosters pourrait occasionner de gros dégâts sur Terre s’il retombait au mauvais endroit. Car l’étage en question de la fusée est entré en orbite et va redescendre forcément sur Terre.

D’une hauteur de 30 mètres environ et de 5 mètres de diamètre, l’engin pèserait aussi plus de 20 tonnes. Il pourrait tomber aussi bien dans l’océan, que dans une prairie, ou sur une ville. « C’est potentiellement mauvais », a avoué l’astrophysicien du centre de l’Université d’Harvard, Jonathan McDowell. « La dernière fois qu’ils ont lancé une fusée Longue Marche, ils se sont retrouvés avec de longues tiges de métal volant dans le ciel et endommageant plusieurs bâtiments en Côte d’Ivoire », ajoute-t-il. Si la plupart ont brûlé, quelques-unes ont heurté le sol. « On a eu de la chance que personne ne soit blessé », continue Jonathan McDowell.

Fusée en chute libre

En outre, selon l’astrophysicien, l’étage central de la fusée est « sept fois plus massif » que celui de la Falcon 9 de SpaceX à titre de comparaison. La situation est d’autant plus inquiétante que ce mardi 4 mai, le noyau de la fusée était en orbite autour de la Terre avoisinant les 27.600 km/h. Il aurait chuté de plus de 80 kilomètres depuis le week-end et est décrit par les observateurs comme « en chute libre et incontrôlé ». Selon Jonathan McDowell, certaines pièces feront nécessairement leur entrée sur Terre, ce qui pourrait correspondre à « un petit écrasement d’avion éparpillé à plus de 160 kilomètres ».

D’après le Guardian, depuis les années 1990, aucun élément de plus de dix tonnes n’a été laissé en orbite de cette façon. L’astrophysicien déplore le manque de travail autour de la fusée chinoise et une certaine « négligence ». Si l’on se base sur son orbite actuelle, la fusée passe au-dessus de la Terre par New York, Madrid et Pékin, allant même jusqu’au Chili et en Nouvelle-Zélande.

Agences

A propos LA NATION

Voir Aussi

Programme des vols, tarifs des billets… la communauté algérienne dénonce les restrictions 

Dans un communiqué signé par 24 organisations représentant la communauté algérienne à l’étranger et publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *