Accueil / National / Front social : grève illimitée des commerçants à Sétif

Front social : grève illimitée des commerçants à Sétif

Trois cent cinquante grossistes de produits alimentaires ont entamé une grève ouverte dés aujourd’hui dans la wilaya de Sétif pour réclamer la révision du système de facturation. Selon eux, la loi doit obliger les usines et les sociétés à vendre leurs marchandises sur la base d’une facture. 

Les grévistes appellent également les contrôleurs à ne pas les soumettre à des lois qu’ils ont jugées «arbitraires» et mènent à la « confiscation de leurs biens». Ils ont, par ailleurs, appelé les autorités locales à intervenir pour régler le problème afin d’éviter la fermeture définitive de leurs commerces. Ils réclament aussi la participation des services de sécurité dans l’organisation des marchés et la protection de leurs biens. Ils réclament, enfin, la construction d’un centre commercial au lieu désigné.   

Cependant, cette grève est déclarée « illégale et chaotique », selon une publication sur Facebook de Mustapha Zebdi, président de l’Association de la protection du consommateur. Il a, en outre, indiqué que les commerçants en question n’appartiennent à aucun syndicat reconnu.  

Cette grève intervient à un moment où se poursuit une campagne nationale de chasse aux spéculateurs.

Selon des sources judiciaires, la période du 30 octobre au 3 novembre a enregistré des poursuites contre 38 personnes impliquées dans la spéculation sur les denrées alimentaires à travers le territoire national. 37 d’entre elles ont été condamnées à des peines de prison allant de 3 à 15 ans, et à des amendes allant de sept cent mille à trois millions de dinars.

Le ministère du Commerce, représenté par le directeur général du contrôle et de la répression des fraudes, Mohamed Louhaidia, avait annoncé, il y a quelques jours, que «le secteur se prépare à des amendements qui touchent de nombreux textes afin d’obliger les commerçants à la facturation des transactions, d’autant plus que la taxe s’applique au bénéfice et non au chiffre d’affaires».

Les interventions des services du ministère du commerce ont révélé l’enregistrement d’un chiffre d’affaires dissimulé d’une valeur dépassant les 27,56 milliards de dinars au cours des neuf premiers mois de 2022.

B. Sihame    

A propos LA NATION

Voir Aussi

Secteur de la sidérurgique : l’Algérie veut exporter son acier vers l’Europe

La nouvelle feuille de route du secteur industriel doit permettre l’émergence d’un nouvel écosystème national …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *