Accueil / National / Justice : report du procès des meurtriers présumés de Djamel Bensmaïn

Justice : report du procès des meurtriers présumés de Djamel Bensmaïn

Le Tribunal pénal de première instance de Dar El Beïda a reporté, mardi, à la prochaine session pénale, le procès des accusés dans le meurtre par lynchage de Djamel Bensmaïn, le 11 août 2021 à Larbaâ Nath Irathen dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

L’ajournement du procès a été demandé par le collectif de défense de la partie civile qui a demandé la mise à disposition d’équipements audiovisuels pour visionner les CD montrant le meurtre, ainsi que la présence de tous les mis en cause non arrêtés.

Cent deux prévenus, dont quatre placés sous contrôle judiciaire, sont accusés dans l’affaire. Ils sont poursuivis pour homicide volontaire, lynchage et immolation par le feu d’un cadavre, violation de l’enceinte d’un poste de police, appartenance à un groupe terroriste et actes de vandalisme portant atteinte à la sécurité de l’Etat. Le défunt a été tué de manière atroce, le 11 août 2021, pendant que les incendies ravageaient les montagnes de Kabylie.

Profitant d’un mouvement d’une foule nombreuse surchauffée par une ambiance apocalyptique, un groupe d’individus a brutalisé, torturé dans un fourgon de police avant de le sortir pour le brûler vif sur la place publique du village. On l’avait accusé, à tort, d’être un pyromane alors qu’il était venu en volontaire, dans une voiture chargée d’aides alimentaires et médicales récoltées auprès de ses voisins, prêter main-forte aux habitants en lutte contre les feux de forêt. Musicien, poète et peintre, ce natif de Khémis Miliana était connu pour son engagement dans le travail humanitaire.

Les images de son calvaire, diffusées d’abord sur les réseaux sociaux puis dans les médias, ont créé un fort émoi en Algérie et à l’étranger. Mais, en dépit de son intense douleur, Nourredine Bensmaïn, le père du défunt, a eu la sagesse d’appeler au calme et refusé de faire l’amalgame entre le meurtre abject de son fils et la région.

La justice, pour sa part, va juger avec une extrême sévérité tous ceux qu’elle considère partie prenante de l’assassinat surtout que les autorités ont pointé du doigt des parties à l’intérieur du pays comme à l’étranger lesquelles ont voulu par cet acte attenter à la sécurité et la stabilité de l’Algérie. Ainsi le Mak qui active à l’extérieur du pays pour la sécession de la Kabylie et Rachad qui milite également d’Europe pour l’établissement d’un régime islamiste en Algérie ont été clairement associés à ce méfait par les pouvoirs publics ainsi qu’au déclenchement des incendies dans la région.

Si les prévenus confirment leur appartenance au Mak ou, pire, d’avoir agi sous ses ordres, Ferhat Mehenni aura à répondre de très graves accusations. Les autorités algériennes l’ont déjà désigné comme le premier responsable d’une organisation terroriste à la solde des régimes marocain et israélien.

Mourad Fergad

A propos LA NATION

Voir Aussi

Société de radiodiffusion et de télévision : une station pour soumettre les chaînes privées à la loi algérienne.

Le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani a effectué mercredi une visite de travail et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *