Accueil / Sport / Elimination des verts de la coupe du monde 2022 : les Algériens crient à l’injustice devant le siège de la FiFA

Elimination des verts de la coupe du monde 2022 : les Algériens crient à l’injustice devant le siège de la FiFA

Répondant à l’appel de plusieurs groupes de supporters sur les réseaux sociaux, des centaines d’Algériens avaient protesté mercredi devant le siège de la FIFA, à Zurich (Suisse), brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Justice et intégrité » envers l’Algérie et ‘’Stop à la corruption’’.

Ces derniers demandent justice pour les décisions douteuses qu’a prises l’arbitre gambien Bakary Gassama lors de la manche retour des barrages ayant opposé les Fennecs aux Lions indomptables au stade Mustapha-Tchaker.

Cette rencontre, qui a vu le Cameroun prendre le dessus sur l’EN algérienne, a été entachée de nombre d’irrégularités techniques, selon aussi bien les spécialistes que les férus de la balle ronde. Depuis, la polémique enfle, notamment sur l’arbitre gambien Bakary Gassama, accusé d’avoir lésé l’équipe algérienne lors du match retour et les débats sur les différents plateaux TV sont devenus vifs. La mobilisation des supporters algériens en faveur d’un replay du barrage retour entre Guerriers du désert et Lions Indomptables est passée de la Toile au réel.

Ainsi, les fans des Fennecs, rassemblés, hier, devant le siège de l’instance internationale de football ont exprimé haut et fort leur colère particulièrement sur l’arbitrage observé lors du soir fatidique du 29 mars à Blida.

C’est en effet ce point précis, dont Bakary Gassama est à leurs yeux le symbole, qui cristallise les revendications de ces supporters motivés par le recours déposé par la FAF auprès de la Commission de Discipline de la FIFA. La requête de la FAF s’appuie, rappelons-le, sur les faits d’arbitrage susceptibles de déboucher juridiquement sur des erreurs techniques.

Ainsi, les Algériens présents lors de ce rassemblement du 4 mai, avaient scandé plusieurs slogans, et brandi plusieurs pancartes, appelant la FIFA à faire preuve de « justice et d’intégrité » envers l’Algérie et ‘’Stop à la corruption’’, allusion à l’arbitrage ‘’vicié’’ et au comportement immoral de certains membres opérant dans les arcanes de la CAF.

Ceux-là mêmes, qui sous influence, parfois des membres de la Fifa, usent de manœuvres aussi sournoises que sordides pour des intérêts étriqués, et usent à leur tour de combines pour favoriser ou saborder, c’est selon, telle ou telle équipe.

Prévue pour le 21 avril, la réponse définitive de l’instance mondiale du football est finalement repoussée sine die. La Fifa ne s’empresse pas de trancher, l’investigation nécessite un laps de temps plus ou moins long, car pour les besoins de l’enquête, des réponses libres doivent êtres récoltées et des témoignages recueillis.

Entre-temps, les critiques et les protestations fusent des différentes parties qui se ‘’crêpent le chignon’’, via des communiqués et des déclarations diffusés sur les réseaux sociaux. Du coach Djamel Belmadi à la fédération gambienne qui défend l’arbitre Gassama, en passant par le railleur Roger Milla et le patron de la fédération camerounaise, Samuel Eto’o ou encore la FAF de Charaf-Eddine Amara, chacun lance sa banderille, défend sa position ou protège son… poulain.

Les uns pour faire-valoir leurs droits, les autres pour chahuter l’enquête et peser, par conséquent, sur la décision finale de la Fifa.

Quand bien même la désillusion de voir la FAF déboutée par la Fifa, il y a lieu de saisir cette évidence: ‘’le Ciel ne tombera pas’’ comme on dit. En effet, un échec essuyé dans une compétition sportive par quelque nation qu’elle soit, ne signifie nullement que le sport roi va s’arrêter à égayer les arènes sportives.

D’autant que le foot ne se résume pas seulement dans les prestations, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, de l’EN – juste polir l’image d’un pays et occuper l’espace d’un temps éphémère une jeunesse en proie à l’oisiveté –, mais dans le spectacle que sont censés offrir nos clubs dits professionnels. Des clubs professionnels, qui malheureusement, font dans le bricolage notamment, sur les plans de la pédagogie sportive des jeunes, la formation des arbitres ainsi que la réalisation des infrastructures adéquates, dont certaines accusent un retard criant.

Omar Agadir

A propos LA NATION

Voir Aussi

Djamel Belmadi : je continuerai ma mission à la tête de l’équipe nationale

Le sélectionneur de l’équipe nationale de football, Djamel Belmadi, continuera sa mission à la tête …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *