Accueil / National / Ramtane Lamamra (ministre des affaires étrangères) : on ne marque pas l’histoire en fomentant des crises

Ramtane Lamamra (ministre des affaires étrangères) : on ne marque pas l’histoire en fomentant des crises

“Nous assistons à une instabilité et à des changements imprévisibles aux niveaux régional et international, d’où l’importance de l’action proactive qui nous érigerait en acteurs influents sur la scène internationale et nous permettrait d’apporter notre contribution, comme par le passé, à l’instar des pays dont l’influence sur le cours des évènements les plus importants dans l’histoire de la communauté internationale dépasse de loin leur poids économique ou leur dimension géographique”, a déclaré le nouveau ministre des affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra à l’issue de son installation dans ses nouvelles fonctions à la tête de la diplomatie algérienne.

Il s’agit, plus précisément, des crises malienne, libyenne et du conflit au Sahara occidental.

“Les engagements de l’Algérie sont connus de tous», a déclaré Lamamra. Ajoutant que “Ce n’est point en fomentant des crises, en œuvrant à leur aggravation ou en imposant le fait accompli qu’on marque l’Histoire, mais plutôt en faisant preuve de clairvoyance, d’intelligence et de sens de responsabilité».

Concernant la crise libyenne, Lamamra a affirmé que “l’action de l’Algérie pour le soutien aux frères Libyens et leur orientation vers une issue de crise à la faveur de la paix, de la fraternité, de l’union des rangs et d’un régime démocratique auquel aspire le peuple libyen frère”.

L’Algérie aspire à un sommet arabe

Le nouveau ministre des affaires étrangères a exprimé l’aspiration de l’Algérie «à un sommet arabe réussi dans un avenir proche.» C’est une manière d’affirmer l’appartenance de l’Algérie au monde arabe. Et de ce fait “Nous sommes entièrement disponibles à consacrer les liens de fraternité avec tous les pays arabes frères”, a souligné Ramtane Lamamra.

Dans ce contexte, M. Lamamra a précisé que “la cause palestinienne sacrée est le ciment de la cohésion des peuples et des pays arabes”, ajoutant que “l’Algérie demeure fermement attachée à l’esprit de l’initiative arabe de paix, et estime que nonobstant la différence de position de certains pays concernant les actions à mener, il est un champ plus large de resserrement des rangs en se conformant à l’esprit de cette initiative, qui fut un bel acquis de solidarité arabe et de sens de responsabilité vis-à-vis de la paix”.

“Il ne fait pas l’ombre d’un doute que le peuple palestinien est l’initiateur de la paix et celui qui s’y intéresse le plus, mais la paix est désormais la responsabilité de la communauté internationale tout entière. Toutes les parties sont appelées à s’attacher aux principes sous-tendant une paix juste et globale dans la région, ce qui exige la reconnaissance de l’Etat indépendant de Palestine avec Al-Qods pour capitale et la libération de tous les territoires arabes occupés dont le Golan”, a poursuivi le ministre. “C’est ainsi que les pronostics de l’initiative arabe et les contours tracés par les orientations de l’action arabe commune constitueront une sortie de la crise au Moyen-Orient et dans le monde arabe, où les situations et les tensions ont longuement entravé la fédération des potentialités s et leur exploitation à des fins de développement”. Sur le plan africain, M. Lamamra a tenu à préciser que “l’Algérie joue un rôle pionnier”, ajoutant que de nombreux peuples africains attendent de l’Algérie “de faire plus”.

Synthèse : Aziz T.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Campagne contre l’insuline locale : Ali Aoun hausse le ton

Les auteurs de cette campagne sont bien connus et ce sont eux qui veulent voir …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *