Accueil / National / Front social :l’inquiétante grève des Postes se poursuit

Front social :l’inquiétante grève des Postes se poursuit

Les postiers ont frappé un grand coup en déclenchant une grève surprise à la veille du ramadan. Ils ont augmenté d’un cran le climat de tension qui pèse sur le pays. Un climat déjà étouffant pour la majorité qui a vu son pouvoir d’achat considérablement diminué sans que ses revenus ne suivent la courbe de l’inflation.

« Nous sommes aussi touchés par la crise », dit un employé d’Algérie Poste. « Nous subissons toute la journée la pression du public sans être rémunérés en conséquence. Les responsables ont bénéficié d’un paquet et le petit personnel est privé de ses primes de rendement ».

Les employés d’Algérie-Poste ont donc décidé que l’on est servi que par soi-même. Eux qui payaient leurs concitoyens, ont décidé de débrayer, de bloquer le flux pour faire pression sur leur tutelle. Même s’ils ont tenu à s’excuser auprès du public, ils n’ont pas hésité à faire pencher le rapport de force de leur côté en saisissant l’opportunité du mois sacré du ramadan.

Déstabilisé par le mouvement de grève inattendu, le ministre de la Poste et des télécommunications, Brahim Boumzar, a effectué aussitôt une visite surprise dans un bureau de poste à la Place du 1er Mai à Alger pour dire je vous ai entendu.

La direction de l’Entreprise publique a, elle aussi, réagi rapidement en annonçant que son Conseil d’administration « s’est réuni mardi en session extraordinaire et a approuvé la prime » d’encouragement dont le premier versement devait s’effectuer hier. La tranche restante sera pour sa part complétée, selon le communiqué d’Algérie Poste, après l’approbation du bilan 2020 par le Conseil d’administration.

L’institution avait auparavant confirmé qu’elle a déjà pris des mesures pour prendre en charge les indemnités individuelles et collectives ainsi que les dossiers des mis à l’arrêt et d’autres cas spécifiques. Elle attend cependant l’installation, comme le stipule la loi, du syndicat de l’entreprise pour les actualiser.

On voit bien que la panique à pris de court non seulement la direction d’Algérie-Poste mais certainement aussi tout le gouvernement. Déjà que les Algériens se plaignaient du manque de liquidités dans le réseau postal par lequel passent les salaires, les pensions de la plupart des fonctionnaires, voilà que tout s’arrête subitement.

Avec le ramadan qui est une occasion de grandes dépenses des ménages et l’Aid El Fitr qui suivra quatre semaines plus tard, la crise peut rapidement se transformer en problème politique. Selon plusieurs connaisseurs du secteur, les travailleurs n’ont toutefois obéi à aucune injonction avant de déclencher leur mouvement. Il s’agit plutôt d’un ras-le-bol qui s’est exprimé d’une manière intempestive.

Cela dit, le timing de cette grève que rien n’avait annoncé donne matière à méditer. Il n’y a pas de pire scénario si ce protesta se poursuit dans le temps. La plupart des Algériens sont à genoux. Les priver des maigres sous qu’ils touchent mensuellement peut leur sembler un tour de très mauvais goût.

Mourad Fergad

A propos LA NATION

Voir Aussi

Médéa: 56 élèves blessés dans une collision entre deux bus scolaires

Au total, 56 élèves ont été blessés légèrement, suite dans une collision frontale, survenue, mercredi, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *